Les confessions de Ngapeth

Les confessions de Ngapeth©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mercredi 10 février 2021 à 12h36

Très rare dans les médias, Earvin Ngapeth s'est confié dans les colonnes de L'Equipe ce mercredi, et annonce notamment qu'il va probablement retourner à Modène, et qu'il compte bien disputer les JO 2024.

Habitué des rubriques non sportives depuis un peu plus d'un an (plainte pour harcèlement sexuel au Brésil en décembre 2019, hospitalisation pour cause de coronavirus en mars, retour en France sans l'autorisation de son club en décembre...), Earvin Ngapeth s'est longuement exprimé dans les colonnes de L'Equipe ce mercredi et a balayé de nombreux sujets. Le réceptionneur-attaquant du Zénit Kazan, qui fêtera ses 30 ans ce vendredi, est notamment revenu sur son test positif au coronavirus il y a près d'un an, lui qui avait été l'un des premiers sportifs français à être touché par le covid. « Je ne suis jamais malade d'habitude mais là, pendant deux jours, j'étais KO, j'avais de la fièvre et j'ai également perdu le goût et l'odorat, explique-t-il. A Kazan, ils m'ont isolé de suite, j'ai passé quinze jours à l'hôpital à ne voir personne. J'étais le patient zéro au Tatarstan et cela a fait beaucoup de bruit là-bas. Le championnat russe s'est même arrêté. Mais je ne me suis jamais senti en danger. »

Modène, les JO 2024...

Tout va bien aujourd'hui pour lui et il espère bien reporter sa première Ligue des Champions avec Kazan en fin de saison, avant de très probablement revenir à Modène, dont il a déjà porté les couleurs de 2014 à 2018. « Disons que c'est presque bon. Mais ce n'est pas encore fait, avoue Ngapeth. Il y a des choses sur la table et c'est en bonne voie pour que je revienne en Italie, où il y a un projet solide intéressant et basé autour de l'idée de la reconquête. Me rapprocher de la France pourrait me permettre de répondre plus favorablement aux sollicitations de Paris 2024. » Les JO 2024, la star du volley français ne compte pas les vivre du côté des organisateurs, mais bel et bien sur le terrain : « J'aurai 33 ans et, oui, les JO de Paris constituent le très gros objectif de ma fin de carrière. Il n'est pas question que je parte avant d'avoir décroché une médaille olympique, voire deux ! J'ai toujours envie de m'incruster encore davantage et de marquer l'histoire avec les Bleus. »

... et un retour en France ?

Avant cela, sera-t-il revenu dans le championnat de France, qu'il a quitté en 2011 après trois saisons à Tours ? « Ça a failli se faire il y a quelques années avec un gros projet à Paris mais bon, ça a capoté. Mais tant que physiquement, je suis au taquet, je pense plutôt rester à l'étranger. J'ai envie de me donner les moyens d'y arriver. Cela passe par un plus grand investissement dans tout ce que je fais au quotidien. » La Ligue A attendra...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.