Laurent Tillie : " Ce sont trois finales "

Laurent Tillie : " Ce sont trois finales "©Media365
A lire aussi

Sylvian Baudry, publié le jeudi 20 septembre 2018 à 16h51

La France a beau avoir passé le premier tour, elle devra remporter ses trois matchs pour pouvoir espérer accéder au troisième tour. Le sélectionneur Laurent Tillie analyse les futurs adversaires des Bleus : la Serbie, la Pologne et l'Argentine.

Avoir franchi le premier tour ne met pas pour autant l'équipe de France dans les meilleures conditions pour le deuxième. Les points étant conservés d'une phase de poule à l'autre, les Bleus vont devoir cravacher, à cause de leurs deux défaites contre le Brésil et les Pays-Bas. Reversés dans la poule H, en compagnie de la Pologne (cinq victoires en cinq matchs), la Serbie (quatre victoires) et l'Argentine (deux victoires), Earvin Ngapeth et les siens savent que la défaite est quasi interdite. Présentation de ces trois adversaires, avec l'œil de Laurent Tillie, qui annonce la couleur : « Ce sont trois finales, des matchs couperets à chaque fois, on n'a pas le choix, il faut tous les gagner. »

La Serbie (21 septembre, 16h00) : « Dans une autre dimension »


Ce vendredi, la Team Yavbou commencera son deuxième tour contre la Serbie. Un duel qui va conditionner la suite des événements, en cas de défaite. Mais les Serbes réussissent plutôt bien aux Français : « C'est une équipe totalement axée sur le service, bloc, attaque, on la respecte énormément. Cette année, on les a battus deux fois en Ligue des Nations, on a perdu et gagné une fois à Paris en match amical, détaille l'entraîneur des Bleus. Mais on sait que chaque match est différent, et je trouve que par rapport au début de l'été, ils sont plus efficaces et sûrs de ce qu'ils font. Il faut arriver à les faire douter et déjouer, ce qui nécessite d'être patient. » Une efficacité qui leur a permis de ne perdre qu'un match (3-2), contre les Etats-Unis, et de compter douze points. « Je les trouve dans une autre dimension, ils prennent beaucoup de risques au service : contre les Russes (victoire 3-2), ils ont fait quatorze aces pour seulement quatorze fautes au service », admire Laurent Tillie. Un match charnière.

La Pologne (22 septembre, 19h40) : « Ils font très peu de fautes »


Placée dans la poule la plus abordable au premier tour, la Pologne n'a laissé passer aucun point, en remportant deux succès par trois sets à rien, et trois par trois sets à un. Un début de compétition parfait, qui permet aux Polonais d'aborder la deuxième phase avec quinze points sur quinze possibles et une marge de manœuvre non négligeable. Laurent Tillie note chez eux « une grande variété de services. Ils font très peu de fautes, ils alternent puissance et stabilité en réception, c'est une des raisons qui explique pourquoi ils ont gagné tous leurs matchs. » Un match au couteau.

L'Argentine (23 septembre, 16h00) : « Totalement libérés »


Avec deux victoires et une défaite 3-2, l'Argentine est la sélection qui part de plus loin, dans cette poule H, avec seulement six points en poche. Les Sud-Américains auront très peu d'espoirs, mais pourraient tout de même priver la France du troisième tour en cas de succès : « De toute façon, les équipes qui sont là ont toutes quelque chose de particulier pour performer, rappelle le sélectionneur de la Team Yavbou. L'Argentine a un des meilleurs passeurs du monde, De Cecco, un des meilleurs réceptionneurs-attaquants du monde, Conte. Autour, ils ont des centraux très efficaces avec un jeu atypique. Ils seront encore plus dangereux parce qu'ils seront totalement libérés. » Un match à ne pas croire gagné d'avance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.