EuroVolley 2019 : Les Bleues avec la Turquie, la Serbie et la Bulgarie

EuroVolley 2019 : Les Bleues avec la Turquie, la Serbie et la Bulgarie©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 23 janvier 2019 à 13h46

Les Bleues sont fixées. Le tirage au sort de l'EuroVolley féminin 2019, qui avait lieu ce mercredi, à Istanbul en Turquie, l'un des quatre pays organisateurs de la compétition, qui se déroulera du 23 aout au 8 septembre, en Turquie donc, mais aussi en Hongrie, Pologne et Slovaquie, a réservé la Turquie, la Serbie, la Bulgarie, la Finlande et la Grèce aux Françaises.

Les Bleues sont fixées. Le tirage au sort de l'EuroVolley féminin 2019, qui avait lieu ce mercredi, à Istanbul en Turquie, l'un des quatre pays organisateurs de la compétition, qui se déroulera du 23 aout au 8 septembre, en Turquie donc, mais aussi en Hongrie, Pologne et Slovaquie, a réservé la Turquie, la Serbie, la Bulgarie, la Finlande et la Grèce aux Françaises. Un tirage compliqué pour nos représentantes, qui auront la lourde tâche d'affronter la Serbie, championne du monde en titre, ou encore les Bulgares, vainqueurs de la dernière Golden League. Présente dans le chapeau 3, la France devait de toute façon s'attendre à tomber sur de gros morceaux.


Compliqué, mais pas impossible pour les Bleues 
Passer les phases de poule apparaît particulièrement difficile pour les Tricolores, absentes des deux dernières éditions. Les joueuses d'Emile Rousseau feront d'ailleurs leur grand retour dans la compétition après une élimination en quarts de finale de l'Euro 2013, face aux Belges. L'espoir reste toutefois permis pour les Bleues, qui ont réalisé un excellent parcours de qualification, s'imposant à six reprises et terminant logiquement en tête de leur poule devant les Portugaises, les Géorgiennes et les Danoises sans même perdre le moindre set. La France avait officiellement validé son ticket pour l'Euro en août dernier, l'emportant ce jour-là trois manches à zéro face à la Géorgie. Ce qui l'attend en août et septembre prochain s'annonce d'un tout autre calibre.

Réaction du sélectionneur français Emile Rousseaux (sur le site de la FFV)
C'est costaud ! Parmi les quatre pays organisateurs, j'avais dit qu'il fallait éviter la poule de la Turquie, nous tombons dedans. La Turquie est une très bonne équipe qui monte en puissance et obtient ces derniers temps de très bons résultats. La Serbie est championne du monde, ça veut tout dire, ça sera un match extraordinaire à jouer pour les filles. La Bulgarie est une nation solide, la Finlande est une équipe contre laquelle nous ne gagnons plus ces dernières années en Golden League, tandis que la Grèce est une nation qui, si on regarde le passé, est à notre portée, mais qui a fait récemment de gros progrès, elle s'est nettement améliorée, ce n'est plus une petite nation. C'est donc une poule canon, aucune équipe ne me paraît inférieure à la nôtre, nous n'aurons qu'une option, celle de l'excellence, il faudra essayer de tirer le maximum de notre potentiel. Sur cet Euro, on passe à un autre niveau, c'est formidable de s'être qualifié pour tomber dans une poule comme ça, parce que ça fait partie de l'apprentissage d'un niveau auquel ont doit absolument se confronter pour accumuler de l'expérience et progresser. Nous sommes dans une logique où il faut apprendre en jouant des matchs de top niveau, cette poule va nous en donner l'opportunité, c'est un cadeau des dieux

Les quatre groupes de la phase de poules de l'EuroVolley 2019
Groupe A (Turquie, Ankara) : Turquie, Serbie, Bulgarie, France, Finlande, Grèce
Groupe B (Pologne, Lodz) : Pologne, Italie, Belgique, Ukraine, Portugal, Slovénie
Groupe C (Hongrie, Budapest) : Hongrie, Pays-bas, Croatie, Azerbaïdjan, Roumanie, Estonie
Groupe D (Slovaquie, Bratislava) : Slovaquie, Russie, Allemagne, Biélorussie, Espagne, Suisse

Vos réactions doivent respecter nos CGU.