Coronavirus : Earvin Ngapeth revient sur sa maladie et son confinement

Coronavirus : Earvin Ngapeth revient sur sa maladie et son confinement©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI : publié le mercredi 06 mai 2020 à 12h14

Dans une interview accordée à la Fédération française de volley, Earvin Ngapeth, qui a été touché par le coronavirus, est revenu sur son séjour à l'hôpital en Russie et son confinement à Poitiers.

A l'instar de Rudy Gobert, Eliaquim Mangala ou Sébastien Chabal, Earvin Ngapeth fait partie grands sportifs français ayant contracté le coronavirus. Mais contrairement à ces derniers, le volleyeur star de l'équipe de France a dû être hospitalisé, en Russie, lui qui évolue au Zenit Kazan. Désormais guéri et de de retour en France suite à l'annulation du championnat russe, le réceptionneur-attaquant de 29 ans est revenu sur sa maladie et son confinement dans une interview au site de la Fédération française de volley.

"Les deux premiers jours qui ont été super compliqués"

« Ce sont vraiment les deux premiers jours qui ont été super compliqués, après, j'ai passé quinze jours à l'hôpital qui m'ont paru long, ce n'était pas facile à vivre, mais ensuite, je n'ai pas eu de séquelles ni coup de fatigue, je me suis vite remis. Et comme ils ont annulé la fin de saison en Russie, j'ai pu rentrer assez vite en France. Je suis rentré à Poitiers, je suis en famille, je ne sors pas de la maison, je profite des enfants, tout simplement. J'ai la chance ici d'être dans une région qui est une des moins touchées de France, les hôpitaux ne sont pas surchargés, je crois qu'il y a peu de cas de personnes en soins intensifs ou en réanimation, comme dans d'autres, on sent moins de stress. Et cette période est finalement une grosse période de repos, on n'a pas souvent l'occasion d'en avoir d'aussi longues lors de nos saisons, donc c'est cool, même si c'est un repos différent, car forcé, et que ce n'est pas toujours facile d'être enfermé toute la journée, sans pouvoir voir tout le monde. Quand j'ai vu qu'il y allait avoir du confinement, j'ai commandé du matériel pour me faire une salle de muscu à la maison, donc j'arrive à bosser tranquillement, ça permet de rester en forme. (...) Je ne cache pas que si on nous donne l'occasion de partir plus loin que 100 kilomètres, j'ai bien envie de prendre l'air et de partir en vacances. » Earvin Ngapeth espère pouvoir retourner en Russie début août pour débuter la saison prochaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.