Bleus : Tillie craque, Bultor aussi

Bleus : Tillie craque, Bultor aussi©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le vendredi 10 janvier 2020 à 23h46

L'équipe de France de volley a réussi une nouvelle performance incroyable vendredi, en se qualifiant pour les Jeux Olympiques alors que personne ne donnait cher de leur peau au début du TQO. Laurent Tillie était très ému.

Laurent Tillie a tout lâché. Il ne le voulait pas, puisqu'il s'est caché derrière sa petite tablette, mais le sélectionneur des Bleus a laissé couler de balles larmes de joie peu après la qualification de l'équipe de France pour les Jeux Olympiques, vendredi soir à Berlin (3-0 face à l'Allemagne). Après avoir montré ses chaussettes sushi, visiblement un porte-bonheur en vue de Tokyo, il a salué le travail de ses joueurs : « Ça nous semblait impossible, c'est tout bonnement incroyable. C'est bien que ça arrive en janvier et pas en juin, afin de digérer. On crée des groupes depuis huit ans, on va essayer de continuer et surtout d'achever le travail. »






Du côté des joueurs, c'était un peu plus foufou. Comme Jenia Grebennikov qui, se faisant embrasser simultanément par ses coéquipiers Barthelemy Chinenyeze et Yacine Louati, parle d'un « groupe un peu gay » : « Il y avait beaucoup de pression, on n'y croyait pas vraiment. C'est un rêve qui se réalise, c'est incroyable. » Earvin Ngapeth, lui, a essayé de garder une analyse sportive en évoquant un tournant sur un point en demi-finales face à la Slovénie, quand les Bleus perdaient 2-0 et étaient mal embarqués dans la troisième manche. Mais à côté de lui, Daryl Bultor n'a pas conservé le même sérieux : « On leur a mis bien profond ! Au point où on en est, il n'y a plus de respect, on y va ! »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.