Vendée Globe : Quand Dutreux se fait frôler par un avion

Vendée Globe : Quand Dutreux se fait frôler par un avion©Media365
A lire aussi

Marie Mahé : publié le mardi 05 janvier 2021 à 23h00

Ce mardi, le Français Benjamin Dutreux (Omia-Water Family), sixième du Vendée Globe, a filmé un avion volant à basse altitude et le dépassant.



Cela va bientôt faire deux mois que se tient le Vendée Globe. En effet, le 8 novembre dernier, ils étaient 33 navigateurs à s'être élancés depuis les Sables d'Olonne, pour cette neuvième édition de la prestigieuse course de voiles. En ce début de nouvelle année, ils sont encore 27 en course, alors qu'une bonne partie de la flotte a désormais déjà passé les mers du Sud mais aussi et surtout le fameux cap Horn. Parmi eux, on retrouve notamment Benjamin Dutreux. Le Français, sur Omia-Water Family, occupe actuellement la sixième place de la flotte, comme l'indique d'ailleurs le dernier pointage effectué à 22h00, heure française. Le marin se trouve d'ailleurs même à 6 632,43 milles de l'arrivée et à 549,98 milles du leader de l'épreuve, à savoir son compatriote Yannick Bestaven, sur Maître CoQ IV. Quotidiennement ou presque, tous ces skippers partagent leur quotidien et ces images peuvent se révéler être insolites.

Dutreux : « Un truc de ouf ! Ils sont malades »

Parfois, il se passe également des choses dans le ciel et c'est ainsi ce qu'a voulu faire partager Benjamin Dutreux, dans une vidéo publiée ce mardi. En effet, le Français, sur son monocoque, filme un avion qui vole à très basse altitude, près de son voilier, et le dépasse, évidemment. Visiblement étonné par le spectacle qui s'offre à lui, le skipper a lancé : « Un truc de ouf ! Ils sont malades. » Régulièrement, les différents navigateurs de la flotte partagent également leurs ressentis, sur le site internet officiel de l'organisation. C'est donc forcément le cas de Benjamin Dutreux. Pas plus tard que ce lundi, le navigateur français confiait alors : « Ça avance vite. On a 27/35 nœuds de vent actuellement. C'est assez musclé mais la mer se lisse un peu. Le bateau fait des grands surfs, ce n'est pas désagréable mais c'est un peu stressant. Il y a d'énormes grains, j'essaye d'anticiper pour ne pas faire de départ au tas et ne rien casser. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.