Vendée Globe : Le règlement va évoluer concernant les foils et la sécurité

Vendée Globe : Le règlement va évoluer concernant les foils et la sécurité©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER : publié le mercredi 07 avril 2021 à 22h45

Principale innovation du récent Vendée Globe, les foils vont voir leur cadre réglementaire être modifié par la classe Imoca en vue de l'édition 2024 du tour du monde en solitaire, sans escales et sans assistance.



La classe Imoca regarde déjà vers l'avenir. Alors que la neuvième édition du Vendée Globe s'est conclue par la victoire de Yannick Bestaven au terme d'une course indécise jusqu'au bout, l'édition 2024-2025 est déjà dans toutes les têtes. Récemment interrogé par le site officiel du tour du monde en solitaire, sans escales et sans assistance, le président de la classe Imoca Antoine Mermod a donné une idée des changements qui seront apportés à la réglementation, même s'il assure qu'il « n'y aura pas de rupture technologique ». « Nous avons bien vu tout le développement qu'il reste à faire autour des bateaux avec de grands foils, pour finaliser leur excellence, a-t-il déclaré. Nous allons limiter la taille du foil, ce qu'on n'avait pas fait en 2016 parce qu'on n'avait pas les connaissances pour se projeter dans l'avenir. Désormais, nous comprenons mieux et les équipes convergent vers des solutions qui paraissent adéquates. C'est donc le bon moment pour cadrer réglementairement le foil et son utilisation. »

L'accident d'Escoffier va également servir

L'autre changement qui affectera directement les bateaux, c'est une modification de la quête, soit l'orientation du mât en raison d'un manque de vitesse dans les mers du sud. « En ajoutant de la quête, le vecteur de poussée du vent sera plus vers le haut, et cela générera un gain important. Nous n'allons que tous les quatre ans dans les mers du sud et nous n'en apprenons plus qu'à chaque édition, mais les bateaux doivent pouvoir être plus polyvalents pour affronter ce qui représente un tiers de la course. » La sécurité sera également un des axes d'évolution avec l'accident dont a été victime Kevin Escoffier au cœur de la réflexion. Si le naufrage de l'embarcation ne permettra pas des analyses poussées, une première analyse met en avant le manque de « moyens de communication et divers éléments de sécurité », ajoutant également qu'« il faut revoir quelques règles sur la surface d'insubmersibilité et sur la construction des trappes dans les cloisons étanches ». Les Imoca vont donc vivre une évolution plus qu'une révolution en vue du prochain Vendée Globe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.