Vendée Globe : La " sacrée aventure " de Barrier

Vendée Globe : La " sacrée aventure " de Barrier©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION : publié le lundi 01 mars 2021 à 11h00

Arrivée dimanche aux Sables-d'Olonne après plus de 111 jours en mer, Alexia Barrier (TSE-4myplanet) pouvait enfin savourer d'en avoir terminé sur le Vendée Globe. La skippeuse française a également salué la prestation des femmes sur cette édition.



Après exactement 111 jours, 17 heures 3 minutes et 44 secondes, Alexia Barrier a pu laisser éclater sa joie aux Sables d'Olonne dimanche, elle qui a terminé 24eme de cette édition du Vendée Globe. « C'est une sacrée aventure ! Je suis partie avec le plus vieux bateau de la flotte, et je suis arrivée ! Il s'est passé plein de choses, j'ai eu des grosses frayeurs, des grands moments de joie, de bonheur. C'est une aventure fantastique. Elle restera gravée pour toujours, et ça me donne envie de revenir dans quatre ans avec un bateau plus rapide. Même si ce bateau est incroyable, c'est une légende ! Merci le pingouin. Il a fait sept tours du monde ! Je me suis fait une grosse frayeur dans l'Indien, ou le Pacifique je ne sais plus, quand mon mât s'est plié. J'ai eu très peur, pas peur de mourir mais peur de ne pas terminer ! Et puis il y a une dizaine de jours, je me suis fait super mal au dos j'étais obligée de ramper dans le bateau. Depuis deux jours ça va un peu mieux. Ça n'enlève rien à l'aventure et à mon bonheur d'être ici aux Sables avec cet accueil extraordinaire, a expliqué l'intéressée à son arrivée. De ce Vendée Globe, mon premier tour du monde, je retiens que rien n'est impossible. À force de volonté, de travail et d'optimisme, on peut relever tous les défis ! »

« Inspirant pour toutes les petites filles »

Par la suite, en conférence de presse, la skippeuse de TSE-4myplanet s'est exprimée sur la prestation des femmes dans ce Vendée Globe. « Cette année nous étions six femmes au départ, et six à l'arrivée, en course ou hors course, peu importe. J'ai trouvé cela hyper courageux de la part d'Isa (Joschke) et de Sam (Davies) de repartir hors course. Il faut que ce soit quelque chose de normal d'avoir plus de femmes sur le Vendée Globe. Quand on voit que Clarisse (Crémer) bat le record d'Ellen MacArthur cette année, c'est super pour elle, mais quelle honte de voir que ça a pris autant de temps d'avoir des budgets et des projets qui nous donnent cette opportunité. C'est inspirant pour toutes les petites filles, qui veulent faire de la voile ou autre chose. Il n'y a pas d'histoire de genre, c'est une histoire de détermination et de travail », a confié Barrier, face à la presse, dans des propos repris sur le site officielle de la course. Rendez-vous en 2024 pour voir si le souhait de la Française a pris forme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.