Vendée Globe : Crémer, ce n'était pas sa tasse de thé...

Vendée Globe : Crémer, ce n'était pas sa tasse de thé...©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le dimanche 15 novembre 2020 à 22h12

On compatit aisément... Clarisse Crémer a eu le malheur de se renverser du thé bouillant, et pas à l'endroit le plus recommandé. Ce qui est déjà très embêtant chez soi peut vite devenir catastrophique seul en mer.



Les joies quotidiennes du Vendée Globe... A bord de son bateau, la navigatrice Clarisse Crémer raconte ses péripéties. Et voilà qu'elle s'est "ébouillantée comme une idiote" : "Je n'avais encore jamais pris le temps de me faire un thé, je me le suis intelligemment coincé entre les jambes. J'ai donc renversé l'intégralité de mon thé sur mon pubis. J'en ai vraiment chié, et encore pas mal... Les médecins m'ont communiqué la procédure, avec des pommades et des antidouleurs. Ce n'était pas très joli, je ne vais pas vous faire un dessin (sourire). Je commençais seulement à accepter que je ne maîtrisais rien, et là j'ai été débile, vraiment crétine. Ma seule inquiétude, c'est l'infection, vu l'endroit. Je vais faire très, très attention."

On le sait, les courses au large en solitaire - et particulièrement le Vendée Globe, la plus extrême d'entre elles - rappellent toujours à leurs suiveurs les tracas les plus essentiels des êtres humains, face à ces conditions pour le moins spartiates. "Je ne sais pas trop quoi en penser, je me marre et je pleure. La vie normale à bord du bateau, quoi... Merci à ceux qui m'ont soutenu, car j'ai vraiment eu très peur sur le coup. Là, je suis sous le coup des Doliprane, mais je vais encore bien en chier." A bord de Banque Populaire, Crémer est classée 18eme au dernier pointage de dimanche soir, troisième femme derrière Samantha Davies (dixième) et Isabelle Joschke (17eme) après cette première semaine de course. La flotte approche désormais du Cap-Vert, au large du Sénégal.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.