Vendée Globe : Colman ne sera finalement pas au départ

Vendée Globe : Colman ne sera finalement pas au départ©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER : publié le samedi 25 juillet 2020 à 17h15

En l'absence d'un financement suffisant, le skipper néo-zélandais Conrad Colman a confirmé qu'il ne s'alignera pas au départ du prochain Vendée Globe.



Figure marquante du Vendée Globe 2016-2017, Conrad Colman sera un des absents au départ de la neuvième édition. En effet, le Néo-Zélandais a confirmé cette semaine qu'il n'était pas en mesure de s'aligner sur le tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance, dont le départ a été confirmé pour le 8 novembre prochain aux Sables-d'Olonne. Comme souvent pour la course au large, l'argent est le nerf de la guerre et Conrad Colman n'a pas été en mesure de rassembler le financement nécessaire à sa participation. « J'ai été très proche d'obtenir le budget à plusieurs reprises. Je suis totalement vidé, a confié le Néo-Zélandais au quotidien Ouest-France. Il m'a fallu dix ans pour être au départ de la huitième édition, et j'ai commencé à bâtir le projet 2020 après avoir juste pris le temps de récupérer de mon tour du monde. Le Vendée Globe, j'y pense chaque jour. J'ai travaillé sur ma recherche de sponsor seul, avec des agences, des entreprises qui avaient des contacts... »

Héros de l'édition 2016-2017, Colman pense déjà à 2024

Premier Néo-Zélandais à prendre part au Vendée Globe, Conrad Colman a été le héros de l'édition 2016-2017. Celui qui était à la barre de « Foresight Natural Energy » a pris la 16eme place finale (en 110 jours, 1 heure, 58 minutes et 41 secondes) en terminant la course sous gréement de fortune, ayant démâté au large des côtes portugaises lors de la remontée de l'Atlantique vers Les Sables-d'Olonne. Mais s'il ne lui sera pas possible d'être présent en 2020, il ne compte pas dire adieu à son envie de participer à l'épreuve à l'avenir. « Je reviendrai en 2024. Je crois très fort au potentiel de plateforme que représente la course au large, a confié Conrad Colman. Je crois aux principes fondamentaux du Vendée Globe et son pouvoir de transmission de valeurs positives. Le Vendée Globe est plus qu'une simple course, c'est une excellente occasion de livrer des messages positifs sur les technologies durables. » Avec quatre ans devant lui, Conrad Colman devrait pouvoir convaincre des partenaires de financer son aventure.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.