Vendée Globe : Beyou va repartir !

Vendée Globe : Beyou va repartir !©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le lundi 16 novembre 2020 à 16h22

De retour au point de départ samedi dernier alors qu'il faisait figure d'immense favori sur ce Vendée Globe, Jérémie Beyou a annoncé ce lundi qu'il allait reprendre la mer mardi après-midi.


Jérémie Beyou (Charal) peut souffler. Il va pouvoir reprendre la mer. Contraint de rebrousser chemin alors qu'il était à peine lancé pour revenir au point de départ, le skipper breton, qui faisait partie des immenses favoris de ce Vendée Globe, a annoncé ce lundi après-midi en visio-conférence de presse qu'il allait repartir. « Ca fait un peu bizarre de répondre aux vacations en dehors de mon bateau mais je vais pouvoir rapidement reprendre les vacations à bord, le bateau sera prêt demain matin », a fait savoir le navigateur de 44 ans, évidemment très soulagé. L'état de son bateau après avoir heurté un ofni au bout de seulement quelques jours de course était en effet très loin de laisser penser samedi en début d'après-midi (13h10) lorsque le malheureux a fait son retour aux Sables d'Olonne sous les « Beyou, on répare et on repart ! » lancés par les nombreux spectateurs venus l'accueillir qu'il pourrait reprendre la mer. Le natif de Landivisiau prendra pourtant bien un deuxième départ, mardi à 15h00.


Son équipe a en effet fourni un travail incroyable dès samedi afin de remettre son bateau en état de marche. Une mission qui semblait impossible. Mais visiblement pas pour la Charal Sailing Team. « Je sais même pas dire combien de personnes se sont mobilisées. Avec de la volonté, on peut faire des miracles », a reconnu Beyou lundi, en ayant presque encore du mal à y croire lui-même. « Grâce au travail accompli, le bateau sera prêt demain matin et partira vers 15h00, 15h30. Je tiens à remercier toute l'équipe, qui s'est donnée à fond comme d'habitude. »


A entendre le skipper évoquer les dégâts subis par son bateau, la tâche avait ainsi tout d'immense, même pour ces réparateurs ayant œuvré durant tout le week-end. « L'avarie la plus problématique est celle de safran mais la plus compliquée théoriquement c'est la cloison de barre d'écoute. On a eu aussi des problèmes de girouettes, qui ont été changées. La grand-voile a été abimée dans les différents empannages consécutifs à l'impact », énumérait Beyou, qui a vu s'envoler très vite ses chances de victoire et reprendra la mer mardi après-midi sans aucune ambition cette fois.


« Quand tu te prends un peu tout sur la tête comme ça, tu te dis qu'il faut prendre les événements les uns après les autres. On verra ce qu'il se passe en mer, je préfère ne pas me fixer d'objectif. » Le troisième de l'épreuve en 2017 peut pourtant toujours rêver de battre le record du Vendée Globe. Pour le moment, il se contente déjà de pouvoir repartir. Car c'était loin d'être gagné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.