Transat Jacques Vabre : Pas de bateaux " Ultim " en 2019

Transat Jacques Vabre : Pas de bateaux " Ultim " en 2019©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le lundi 28 janvier 2019 à 19h01

Les organisateurs de la Transat Jacques Vabre ont annoncé ce lundi que la « Classe Ultim » ne participera pas à la prochaine édition de la course, en octobre-novembre 2019, pour des raisons de sécurité et de « timing »

La Route du Rhum 2018 a laissé des traces sur les bateaux de la « Class Ultim », ces géants des mers de 60 pieds et plus. Sur les six multicoques présents au départ, quatre seulement ont vu l'arrivée, dont l'un (Sodebo, de Thomas Coville) a dû réparer pendant six jours avant de reprendre la course. Le bateau d'Armel le Cléac'h (Banque Populaire IX) a été complètement détruit, celui de Sébastien Josse (Gitana 17) a cassé son flotteur, celui de François Gabart (Macif) a perdu son foil et son safran (ce qui ne l'a pas empêché de terminer deuxième). Or, ces Ultim devaient s'affronter à partir de décembre 2019 sur un tour du monde, baptisé « Brest Océan », et cette course à été reportée en raison du mauvais état des bateaux. Les skippers de la Class Ultim n'ayant pas de grosses réparations à faire avaient donc demandé aux organisateurs de la Transat Jacques Vabre (course en double, sans escale ni assistance), qui partira le 27 octobre prochain du Havre, le droit de participer à la course, afin d'avoir une compétition à disputer en 2019. Mais ils ont refusé, pour des raisons de sécurité et de « timing », et s'en sont expliqué ce lundi dans un communiqué.

Les Ultims ne pouvaient pas arriver après les autres

« Afin de satisfaire une arrivée groupée à Salvador de Bahia (Brésil) et disposer des infrastructures mise à disposition par notre partenaire, les Ultims ne pourraient pas arriver avant les 6-7 novembre. Un parcours plus long a donc été envisagé. Il les emmènerait virer l'île de Tristan Da Cunha, augmentant le parcours de 3 350 milles nautiques. Les Ultims arriveraient alors en même temps que les Multi50, voire que les Imoca. Il serait dès lors compliqué de raconter pourquoi les plus grands et rapides multicoques du monde arrivent après les Multi50. Le décalage d'un départ pour les Ultims est une option qui n'a pas été retenue, car les conditions météorologiques à cette période (octobre-novembre), ne peuvent garantir la date du départ. (...) Le village départ de la Transat Jacques Vabre au Havre a été organisé autour du bassin Paul Vatine où près de 55 bateaux représentant les trois  classes retenues, dont une trentaine d'Imoca, seront amarrés. L'amarrage des Ultims n'est pas possible dans ce bassin, mais pourrait se faire dans le bassin de l'Eure. Par conséquent, les Ultims seraient en dehors du village fermé et sécurisé de la Transat Jacques Vabre, les rendant ainsi peu accessible du grand public. A Salvador, l'arrivée des Multi50, Imoca et Ultims seraient regroupées autour des mêmes dates. Les Ultims pourraient être soit amarrés sur des mouillages dans l'avant-port, soit devant le Yacht Clube da Bahia les deux propositions posant de réels problèmes de sécurité du fait de la distance entre les 2 sites, du trafic intense et de l'impossibilité de gardiennage. » Lors de la 14eme édition de la Transat Jacques Vabre, ce sont donc 20 Class40, 5 Multi50 et 30 Imoca qui seront au départ. Les Ultim avaient eu le droit de participer lors des deux dernières éditions, avec en 2015 la victoire de François Gabart et Pascal Bidégorry sur Macif, et en 2017 celle de Thomas Coville et Jean-Luc Nélias sur Sodebo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.