WTA : Le père de Leylah Fernandez visait le Top 10 en fin d'année

WTA : Le père de Leylah Fernandez visait le Top 10 en fin d'année©Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le lundi 20 septembre 2021 à 19h30

Finaliste surprise de l'US Open, la Canadienne de 19 ans Leylah Fernandez est aujourd'hui 28eme mondiale. Mais son père Jorge a confié dans une interview à Tennis Majors que l'objectif de l'année était de finir dans le Top 10.


Seuls les spécialistes du tennis connaissaient Leylah Fernandez avant sa magnifique quinzaine new yorkaise, où elle a atteint la finale de l'US Open en battant notamment Naomi Osaka, Angelique Kerber, Elina Svitolina et Aryna Sabalenka, tout en fêtant ses 19 ans. La Canadienne avait auparavant remporté le tournoi de Monterrey (Mexique) en mars, mais n'avait gagné qu'un seul match de Grand Chelem cette année. Battue par Emma Raducanu en finale de l'US Open (6-4, 6-3), la native de Montréal, victorieuse de Roland-Garros juniors en 2019, s'est remise au travail, comme l'a confié son père Jorge dans une interview à Tennis Majors. « Maintenant, elle commence à comprendre ce que le haut niveau signifie. Au niveau junior, en Challenger ou dans les tournois ITF, on n'a pas besoin de jouer son meilleur tennis pour gagner. On peut quand même passer des tours en restant solide pour continuer dans le tournoi. Mais quand on joue les meilleures joueuses au monde, il faut avoir quelque chose en plus pour pouvoir passer les tours. Pour elle, qui a connu des moments difficiles cette année contre les meilleures, et parfois même contre des joueuses plus modestes, voir que son jeu peut désormais lui permettre de bousculer les meilleures, ça lui donne beaucoup de confiance, elle est contente et satisfaite car elle se rend compte qu'elle peut jouer au plus haut niveau. Et la première chose qu'elle m'a dit après la finale, c'est qu'elle a hâte de retourner au travail, donc c'est positif et c'est bien parce qu'on a plein de travail à faire. »

J.Fernandez : "J'ai fait comprendre à Leylah que le temps n'était pas notre allié"

Cette année, Leylah Fernandez a remporté 23 matchs (Fed Cup comprise) et en perdu 16. Et alors qu'elle a débuté l'année au 88eme rang mondial, elle est désormais 28eme. Mais son père avait des objectifs plus élevés pour elle : « L'objectif pour l'année 2021, c'était de finir dans le top 10. On est quand même assez loin parce qu'on a eu une année difficile. Mais je sais, j'ai beaucoup d'amis dans le tennis qui me disent qu'ils aimeraient avoir la mauvaise année que j'ai eu. Si on regarde les statistiques, elle a quand même toujours plus de victoires que de défaites. Elle a gagné un WTA 250. Et moi, j'avais comme objectif de performance de gagner un 500 et un 250. Donc on n'est pas trop loin de nos objectifs. Mais une finale de Grand Chelem, ça ne change rien. J'ai fait comprendre à Leylah que le temps n'était pas notre allié. Si elle ne joue que dix ans, elle n'aura que dix fois la possibilité de gagner l'US Open, dix fois Roland-Garros, pareil pour Wimbledon et l'Open d'Australie. Ce n'est pas beaucoup ! Mais ce qui est avec nous, c'est le travail. Si on se donne la peine de bosser dur, alors on pourra avoir la possibilité de gagner un Grand Chelem. Rien ne peut changer parce qu'elle n'a pas gagné. Elle était finaliste, oui, mais elle n'a pas gagné. Est-ce qu'on se satisfait d'une place de numéro deux ou est-ce qu'on se dit qu'on a eu des opportunités mais qu'on n'a pas fait le boulot nécessaire pour franchir la dernière manche ? Pour nous, ça ne change rien. On retourne au travail, rien n'est acquis. » On devrait la retrouver sur les courts début octobre à Indian Wells, mais elle a encore plus de 1500 points à glaner pour atteindre le Top 10. Mission impossible ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.