WTA : Le contrôle positif d'Errani confirmé

WTA : Le contrôle positif d'Errani confirmé©Media365

Mathieu WARNIER, publié le lundi 07 août 2017 à 16h40

L'ITF a officiellement communiqué sur le contrôle positif de Sara Errani et a confirmé l'information dévoilée par le Corriere della Sera, suspendant également l'Italienne pour deux mois.

L'affaire a été révélée ce lundi par le quotidien italien Corriere della Sera et a été officiellement confirmée par voie de communiqué par la Fédération Internationale de tennis dans l'après-midi. Sara Errani a bien été contrôlée positive à l'anastrozole, molécule plus connue sous le nom d'Arimidex, un « stimulateur hormonal et métabolique » selon la classification mis en place dans le cadre du Code Mondial Antidopage. Ce contrôle positif fait suite à un prélèvement urinaire effectué le 16 février dernier hors compétition. Dans son communiqué, l'ITF précise que l'Italienne a été mise en accusation dès le 18 avril, date à laquelle elle a confirmé avoir pris la substance incriminée et a demandé à être entendue par un Tribunal Indépendant. Une audition qui a eu lieu, dans le plus grand secret, le 19 juillet dernier.
Des résultats effacés et deux mois de suspension pour Errani
A la suite de cette audition, le Tribunal Indépendant a délibéré avant de rendre sa décision à la date du 3 août et a décidé de suspendre Sara Errani pour deux mois à compter de cette date, ce qui lui permettra de reprendre la compétition dès le 3 octobre prochain, avec les tournois de Linz, Hong-Kong et Tianjin qui démarrent après cette date. L'Italienne a pu continuer à prendre part à des tournois entre son contrôle positif et l'officialisation de cette information, il a donc été décidé d'effacer de son palmarès les résultats obtenus à partir de la date du contrôle positif, soit le 16 février, et le 7 juin. A cette date, Sara Errani a subi un nouveau contrôle antidopage dont les résultats se sont révélés négatifs. Elle perd ainsi l'ensemble des points WTA marqués et devra rendre les sommes gagnées au titre des gains lors des tournois considérés.


Errani se défend de toute volonté de dopage
Dans un long communiqué publié, en italien et en anglais, via son compte Twitter officiel, Sara Errani se défend de toute volonté d'utiliser une substance interdite. « Dans toute ma vie et durant toute ma carrière, je n'ai jamais pris de substances interdites. Depuis le jour où je suis passée professionnelle, j'ai toujours suivi avec précision le programme de l'Agence Mondiale Antidopage, assure l'Italienne. Je n'ai jamais demandé d'autorisation d'usage thérapeutique pour prendre la moindre substance interdite, pas même quand j'étais malade. Cependant, cette substance est présente dans un médicament pris quotidiennement par ma mère depuis 2012 pour raisons médicales, à la suite d'une opération pour un cancer du sein et, par conséquent, est présent dans la maison où je réside actuellement. » Pour justifier la présence de letrozole dans ses analyses d'urine, Sara Errani plaide la contamination accidentelle et involontaire, assurant que des analyses de cheveux montrent qu'elle n'a pas pris l'intégralité d'un comprimé d'une substance dont les effets dopants n'ont, selon elle, pas été confirmés. Ces analyses ont été refusées par le Tribunal Indépendant, qui a toutefois admis qu'une contamination involontaire a pu causer le contrôle positif et que Sara Errani n'a pas voulu se doper. « Je me sens très frustrée mais je ne peux que m'arrêter et attendre que cette suspension prenne fin, conclue l'Italienne. Je suis très déçue mais également en paix avec ma conscience et consciente que je n'ai rien fait de mal ou commis la moindre négligence à l'encontre du programme antidopage. »

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
34 commentaires - WTA : Le contrôle positif d'Errani confirmé
  • pourquoi Sharapova a été suspendue 2 ans pour un produit qui était autorisé quelques semaines avant le contrôle et Errani seulement 2 mois ,son affaire ressemble a celle de Gasquet qui avait été contrôlé positif à la drogue après avoir embrassé une fille .Dans le sport la justice est à géométrie variable

  • 2 mois c'est pas cher payer moi les dopés c'est suspension à vie

  • Ah ben si on peux plus faire un 'tiot bosou à manman sans pécho du dopage alors ! !

  • les sanctions à vie ....bon OK pour les compéts professionnelles . Pour les autres compéts dites amateurs c'est une illusion. Dans la plupart des sports vous pouvez concourir à titre individuel et sans licence ( exemple marathon de Paris meme pas 10% du peloton des engagés est licencié) et à partir du moment ou vous êtes sans licence vous ne figurez dans aucun fichier ( d'aiiileurs ce serait interdit par la CNIL) Si l'on ajoute qu'il n'ya pas de contrôle d'identité la plupart du temps .....rien n'empêchera de concourir

  • là elle se fout de notre gueule . Mon épouse prend ce médicament depuis 2 ans suite à la maladie pour laquelle il est prescrit . Il se présente sous la forme d'un minuscule comprimé parfaitement emballé unitairement . D'ailleurs sur la notice il est indiqué que ce médicament est réactif au contrôle sur le sportifs . C^toyant tous les jours ce médicament , si une contamination extérieure était possible ......on l'aurait trouvait dans les 5 contrôles antidopage que j'ai eu depuis 2 ans