Toronto : Le monologue irréel du père de Caroline Garcia

Toronto : Le monologue irréel du père de Caroline Garcia©Media365

Aurélien CANOT, publié le mardi 06 août 2019 à 10h41

En perdition lundi au 1er tour à Toronto face à Jelena Ostapenko (victoire 6-3, 6-3 de l'Ukrainienne), Caroline Garcia a fait appel à deux reprises à son père et entraîneur Louis-Paul Garcia. Ce qui a donné lieu à deux monologues assez surréalistes de Papa Garcia devant sa fille, pas vraiment à l'écoute.

Comme souvent quand elle perd complètement pied dans un match, Caroline Garcia s'en remet à son père Louis-Paul, qui est aussi son coach. Lundi au premier tour à Toronto, la Lyonnaise a une nouvelle fois compris qu'elle ne pourrait pas compter que sur elle-même face à Jelena Ostapenko. Elle a donc fait appel à deux reprises à son papa-entraîneur, comme le règlement le permet. Mais alors que l'on pouvait penser qu'elle écouterait religieusement les conseils de Louis-Paul Garcia pour tenter de retrouver et son tennis et le moral, la numéro 1 française a semblé totalement indifférente au discours. Si elle a bien tenté de prendre la parole plusieurs fois, Garcia a même donné parfois l'impression de s'en désintéresser complètement, plongée uniquement dans ses pensées et au bord des larmes, le match probablement déjà perdu dans sa tête. Ce qui a donné lieu à deux monologues assez inimaginables et retranscrits pour la plupart par nos confrères de L'Equipe.

« Il faut mettre un peu du tien, sinon, je ne peux rien faire (...) Tu as ton papier, lis-le (sic) Prends la possibilité de progresser (...) Je veux que tu ailles à la guerre, que tu sortes de ton état passif »


Louis-Paul Garcia : « Si tu veux être négative, je ne peux rien faire pour toi ! »

« Tu rejoues, ok ? Tu sors de ton état et maintenant, tu y vas ! Au niveau de ton service, tu es là (geste à l'appui). Tu n'enroules pas, comme sur ta deuxième. Fais ta gestuelle de la deuxième. Fais des deuxièmes si tu veux, un peu plus engagées. Tu t'engages et tu fais des gestuelles de deuxièmes. Pour passer un nombre de premiers services plus importants. Et au niveau du retour, il n'y a pas d'enjeu, tu essaies juste de prendre... (...) Si tu veux être négative, je ne peux rien faire pour toi !
- Non, mais c'est la vérité
- Relâche-toi du haut, prends tes appuis, et maintenant, tu rejoues (...) Rentre dans ton match, ce sera une première victoire.

Un recadrage, qui, comme on le sentait bien sur le moment déjà, n'a pas donné lieu au scénario souhaitée par Louis-Paul Garcia, avec sa fille renversant l'Ukrainienne pour s'imposer. Au contraire, Caroline Garcia a continué de s'enfoncer, pour une petite correction au final (6-3, 6-3).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.