ITF : Verdict d'ici deux semaines pour Cornet

ITF : Verdict d'ici deux semaines pour Cornet©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 01 mai 2018 à 19h12

Sommée de s'expliquer devant le Tribunal indépendant de l'ITF suite à trois contrôles antidopage manqués, Alizé Cornet saura d'ici quatorze jours si elle pourra participer à Roland-Garros.

Dans le viseur de la Fédération Internationale de tennis pour avoir manqué trois contrôles antidopage entre novembre 2016 et octobre 2017, Alizé Cornet a pu s’expliquer ce mardi à Londres devant le Tribunal Indépendant de l’ITF en charge de la lutte contre le dopage. Après avoir manqué le parcours des Bleues en Fed Cup ces dernières semaines, la native de Nice en sait un peu plus sur son calendrier alors que Roland-Garros arrive à grand pas. Le verdict du tribunal, suite aux explications de la Française, devrait statuer d’ici à quatorze jours, soit largement à temps pour le début des Internationaux de France, programmé le 21 mai prochain sur les courts de la Porte d’Auteuil pour le grand rendez-vous de la saison de tennis sur terre battue.

Un appel non suspensif en cas de sanction ?

A l’image du boxeur Tony Yoka, qui est dans une situation assez similaire, Alizé Cornet risque une suspension allant jusqu’à deux ans pour avoir manqué ces trois contrôles antidopage sur une période inférieure à un an, des « no show ». Si des circonstances atténuantes sont acceptées par le tribunal de l'ITF, la sanction pourrait alors être réduite à seulement un an de suspension. Suite à l’annonce de l’éventuelle sanction, tant Alizé Cornet que l’Agence Mondiale Antidopage auront l’opportunité de faire appel. Dans ce cas, c’est le Tribunal Arbitral du Sport qui se saisira de l’affaire mais, en cas de suspension ferme pour la Tricolore, cet appel pourrait ne pas être suspensif, ce qui l’exclurait automatiquement du tableau final de Roland-Garros et, à l’image de Maria Sharapova entre janvier 2016 et avril 2017, mettra sa carrière entre parenthèses.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.