Wimbledon : Swiatek n'y arrive décidément pas

A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 07 juillet 2024 à 18h54

Elle n'est pas la première, elle ne sera pas la dernière à devoir accepter une différence fondamentale entre la terre battue et l'herbe. Pour Iga Swiatek, ça ne penche clairement pas en faveur du vert.

Quatre fois victorieuse de Roland-Garros, sacrée également à l'US Open, Iga Swiatek voit toujours se refuser à elle l'Open d'Australie et encore plus Wimbledon. Si elle a atteint une fois les demi-finales à Melbourne, en 2022, elle n'a jamais réussi à faire mieux qu'un quart à Londres l'an passé, perdu contre Elina Svitolina. Pour ses quatre autres participations, elle a dû se contenter d'un premier tour en 2019, un huitième de finale en 2021, un troisième tour en 2022 (contre Alizé Cornet) et donc à nouveau en 2024, vaincue samedi par Yulia Putintseva dès ces seizièmes de finale.

"Je jouais le meilleur tennis de ma vie sur terre, donc c'est difficile"

"Cette partie de la saison n'est pas facile parce que c'est en plein milieu et on change de surface. Et passer à une surface où j'ai un peu plus de mal alors que j'avais l'impression de jouer le meilleur tennis de ma vie, c'est difficile pour moi... Je ne prends donc pas beaucoup de plaisir à Wimbledon." La même problématique que pour tout le monde, en somme, mais effectivement poussée à l'extrême lorsqu'il s'agit de la n°1 mondiale qui excelle tant sur terre.

"J'ai laissé revenir mon adversaire dans le deuxième set, j'ai aussi commis quelques erreurs et elle a su saisir sa chance. J'ai eu l'impression que mon niveau d'énergie a un peu baissé et je n'ai pas réussi à remonter la pente." Contrairement à son match dantesque face à Naomi Osaka à Roland-Garros, où elle a sauvé une balle de match au deuxième tour. "Je sais ce que je vais changer, je vais le faire. Mais la saison sur gazon est finie, donc je ne vais pas vraiment analyser ce match pour la semaine prochaine car ce sera totalement différent sur terre et sur dur..." En bref, cap sur l'US Open, et surtout sur Paris 2024 dans l'immédiat. "Je n'ai pas été à la hauteur, mais il faut aller de l'avant. J'aurai beaucoup d'autres occasions de montrer mon jeu." A commencer par ce retour inhabituel dans son temple de Roland-Garros, en plein été, où elle sera bien sûr l'immense favorite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.