Wimbledon : Le coup de gueule de Djokovic

Wimbledon : Le coup de gueule de Djokovic©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le lundi 04 juillet 2022 à 10h47

Après son succès contre le Néerlandais Tim van Rijthoven dimanche soir en huitièmes de finale de Wimbledon, Novak Djokovic s'est plaint de la programmation. Le Serbe, également fâché contre les conditions de jeu une fois le toit fermé, ne comprend pas pourquoi les matchs ne débutent pas plus tôt.


Triple vainqueur sortant à Wimbledon, où il est toujours en course pour le quadruplé après son succès de dimanche soir en quatre sets (6-2, 4-6, 6-1, 6-2) contre le Néerlandais Tim van Rijthoven, Novak Djokovic est comme chez lui sur le gazon londonien, devenu son jardin depuis 2018, sachant qu'il avait déjà marqué son territoire quelques années plus tôt avec un premier sacre, en 2011, suivi de deux autres, en 2014 et 2015. Pourtant, le numéro 3 mondial, qualifié pour les quarts de finale (il affrontera l'Italien Jannik Sinner) n'est pas un homme totalement comblé cette semaine au All England Lawn Tennis Club. Le Serbe ne digère pas, en effet, la programmation du tournoi. Ainsi, s'il n'avait pas paré au plus pressé dimanche en expédiant la révélation de ces deux dernières semaines dans les deux derniers sets de la rencontre après un début de match beaucoup plus compliqué contre le 104eme mondial, "Djoko" se serait heurté au couvre-feux de 23h00 (heure de Paris, minuit local) en vigueur à Wimbledon et aurait été contraint de revenir ce lundi pour terminer la rencontre.

Djokovic : "Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas commencer plus tôt"

L'intéressé trouve ça inadmissible, d'autant que cela oblige les deux joueurs programmés en dernière rotation à évoluer en indoor (toit fermé), comme cela a été le cas dimanche pour Djokovic et van Rijthoven. Dans des conditions qui ne plaisent pas davantage au triple tenant du titre, qui en a encore vu la différence dimanche soir. "Honnêtement, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas commencer un peu plus tôt, surtout maintenant qu'il y a des interviews sur le terrain, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années. De plus, si vous êtes programmé le dernier, vous savez que vous allez probablement finir en indoor, ce qui change les conditions, le style de jeu et la façon dont vous vous déplacez", déplore la tête de série numéro 1 en dépit de sa troisième place au classement, qui aimerait que les organisateurs ne fassent pas qu'évoquer le changement qu'il désire, mais passent maintenant réellement à l'action.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.