Wimbledon (H) : Djokovic disputera sa septième finale dans le tournoi contre Berrettini, qualifié pour sa première finale en Grand Chelem

Wimbledon (H) : Djokovic disputera sa septième finale dans le tournoi contre Berrettini, qualifié pour sa première finale en Grand Chelem©Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le vendredi 09 juillet 2021 à 20h30

Encore impérial face à Denis Shapovalov, le numéro 1 mondial Novak Djokovic, en quête d'un vingtième sacre en Grand Chelem, disputera dimanche sa septième finale à Wimbledon. Le Serbe sera opposé à Matteo Berrettini, qui avait surclassé Hurkacz un peu plus tôt. L'Italien vainqueur il y a quinze jours au Queen's disputera la première finale de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem. La première également dans l'histoire du tournoi pour un Transalpin.



Dimanche, l'Italie ne saura pas où donner de la tête. Tandis qu'en soirée, la Squadra Azzurra tentera de jouer un vilain tour à l'Angleterre sur sa pelouse de Wembley pour remporter ce titre de champion d'Europe qui lui échappe depuis 1968 (unique victoire des Italiens dans la compétition), Matteo Berrettini (25 ans) pourrait, lui, devenir dans l'après-midi le premier représentant de son pays à inscrire son nom au palmarès de Wimbledon. En attendant de peut-être écrire une page de la légende du tournoi anglais et du tennis italien, dimanche en finale contre Novak Djokovic ou Denis Shapovalov, le numéro 9 mondial s'est offert le droit de disputer sa toute première finale dans un tournoi du Grand Chelem - la première pour un Italien depuis Adriano Panetta à Roland-Garros en 1976 - en surclassant sans vraiment trembler le Polonais Hubert Hurkacz en quatre sets (6-3, 6-0, 6-7, 6-4) à l'issue d'une demi-finale nettement dominée par Berrettini, le troisième set excepté.

Un dimanche de rêve pour l'Italie ?



Dans la seule manche qui l'a vu tenir tête au vainqueur du Queen's juste avant que ne débute Wimbledon, le tombeur de Roger Federer en quarts a démontré qu'il n'était pas pour rien l'un des joueurs les plus efficaces dans les jeux décisifs (12 gagnés sur 15 joués cette saison). Le reste du temps en revanche, le 18eme mondial, qui n'avait gagné qu'un seul match depuis son sacre au Masters 1000 de Miami d'avril dernier, n'a pas pesé lourd face à celui que le seul Novak Djokovic, futur vainqueur, avait stoppé lors du dernier Roland-Garros. Particulièrement intraitable sur ses jeux de service (22 aces et 86% de points gagnés derrière ses premières balles), Berrettini retrouvera le numéro 1 mondial en finale sur cette surface où il devrait assurément lui poser bien plus de problèmes. Pour peut-être contribuer à une journée qui pourrait s'avérer grandiose pour l'Italie.

Djokovic encore impérial !

Ce n'est toutefois pas un exploit que devra réaliser Berrettini en finale pour faire chuter Novak Djokovic de son piédestal mais une véritable prouesse. Car à voir la nouvelle démonstration de force du numéro 1 mondial pour écarter de sa route, en trois sets de surcroît (7-6, 7-5, 7-5), un pourtant excellent Denis Shapovalov, il semble impensable que le Serbe en passe de devenir le meilleur joueur de tous les temps ne succède pas dimanche à Rod Laver, dernier joueur à avoir remporté trois titres du Grand Chelem à la suite, et ne décroche pas son vingtième sacre en carrière dans un Majeur, ce que seuls Roger Federer et Rafael Nadal, deux autres légendes, peuvent encore se vanter d'avoir réussi. Mais Djokovic, qui disputera dimanche contre Berrettini sa septième finale sur le gazon londonien (la troisième de suite), où il reste sur deux titres, n'est plus qu'à un pas de rejoindre ses deux rivaux. Vendredi, pourtant, Shapovalov a poussé le patron du circuit dans ses derniers retranchements. Le jeune Canadien de 22 ans qui disputait là sa toute première demi-finale en Grand Chelem, a même dominé le double tenant du titre (et quintuple vainqueur) au début des trois sets. Malheureusement, il n'a jamais tenu la distance. Et même s'il a servi pour le set à 5-4 pour lui dans le premier set et s'est procuré des balles de break à la pelle (11 au total), le 12eme mondial, qui peut regretter d'avoir laisser passer sa chance, s'est fait cueillir dans les trois manches par le "Djoker", qui ne s'est pas gêné avant de le féliciter dans son discours d'après-match pour donner à son jeune adversaire, par moments très agacé, une leçon de gestion des temps forts. Berrettini est prévenu avant la 30eme finale en Grand Chelem du Serbe : le nouveau maître des lieux n'a plus perdu sur gazon depuis vingt matchs et n'a plus cédé un set depuis le premier tour. Le décor est posé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.