Wimbledon : Djokovic remporte son quatrième titre

Wimbledon : Djokovic remporte son quatrième titre©Media365
A lire aussi

Sylvian Baudry, publié le dimanche 15 juillet 2018 à 17h42

Novak Djokovic est de retour. Et cette fois, au plus haut niveau. Après de longs mois de flottement physique et mental, le Serbe a remporté ce dimanche son treizième titre du Grand Chelem, le quatrième à Wimbledon.

L'ex-n°1 mondial, qui n'avait plus triomphé sur le gazon londonien depuis 2015, a vaincu le marathonien de ce tournoi, Kevin Anderson, en trois sets et 2h15 de jeu (6-2, 6-2, 7-6). La rencontre avait commencé comme une promenade de santé pour « Nole », qui a beaucoup mieux servi que son adversaire, dont c'est pourtant le point fort. Jamais gêné sur sa mise en jeu dans les deux premières manches, la tête de série n°12 a breaké deux fois son adversaire d'entrée. De quoi faire redescendre une éventuelle pression, pour son retour en finale d'un Grand Chelem, après presque deux ans d'absence (US Open 2016, défaite contre Wawrinka). A 0-2 et après avoir perdu quatre fois son service sur huit, Kevin Anderson s'est remis en question, en montant de plus en plus au filet. Toutefois, s'il réussit à boucler tous ses jeux de service, le Sud-Africain ne parvint pas à prendre un seul point au Serbe lors de ses trois premières mises en jeu dans le troisième set.

Djokovic sauve cinq balles de set dans la troisième manche


Mais petit-à-petit, le tombeur de John Isner en demi-finale (en 6h36) a retrouvé sa première balle et son coup droit. A 5-4, puis à 6-5, le « Djoker » s'est démené pour effacer cinq balles de set. Un acte fondateur qui a scellé le sort d'un jeu décisif qui semblait déjà écrit, après la guerre des titans entre Rafael Nadal et Novak Djokovic au tour précédent. Alors qu'il menait 2-1, « Djoko » a réusi un sans-faute sur les services de Kevin Anderson pour s'assurer un avantage décisif (5-1). Sur sa deuxième balle de match, comme sur de nombreux points importants dans ce tournoi, il a envoyé une première balle chirurgicale que Kevin Anderson n'a pu que toucher. A 31 ans et après une demi-finale fondatrice débutée un vendredi 13 et terminée le lendemain, le Serbe soulève son treizième trophée du Grand Chelem. Et pour la première fois, devant les yeux de son fils, comme il l'a souligné dès le début de son discours d'après-match.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU