Wimbledon / Djokovic : " C'est presque irréel "

Wimbledon / Djokovic : " C'est presque irréel "©Media365

Aurélien CANOT, publié le dimanche 14 juillet 2019 à 22h51

Vainqueur dimanche de Roger Federer à Wimbledon dans une finale d'anthologie qui s'est décidée au jeu décisif du cinquième set alors que les deux joueurs étaient à égalité 12-12, Novak Djokovic avait du mal à réaliser après-coup ce qu'il venait de réussir, lui le désormais double vainqueur sortant du Grand Chelem londonien.

Au même titre qu'il a connu un moment d'absence incroyable en fin de match en demandant à l'arbitre à quel score devait en arriver les deux joueurs pour disputer un jeu décisif, Novak Djokovic semblait dans le flou le plus complet au moment où la princesse Kate Middleton lui a remis le trophée du vainqueur. Et pour cause, puisque le Serbe a reconnu à chaud sur le Centre Court au micro du speaker qu'il avait beaucoup de mal à réaliser ce qu'il venait d'accomplir. Et ce pas uniquement parce qu'il est devenu dimanche le premier joueur de l'histoire de Wimbledon à être sacré à l'issue de ce fameux tie-break qui détermine désormais le vainqueur dès lors que les deux acteurs en sont à 12-12 dans le cinquième et dernier set. « Dans ce type de match, il faut un vainqueur et c'est souvent cruel. J'ai du mal à réaliser, c'est presque irréel. Cela a été étrange de jouer un tie-break à 12 partout, même si je dois avouer que lors de la cinquième manche, j'espérais que cela allait arriver », analysait, encore embué, le numéro 1 mondial et double vainqueur sortant de ce tournoi qu'il apprécie tant.

Djokovic : « Ce tournoi a une valeur particulière »

C'est d'ailleurs ce qui explique le sentiment très spécial qui l'habitait après ce cinquième sacre londonien et son 16eme en Grand Chelem. « Ce titre est très important pour moi car ce tournoi a une valeur particulière. Quand j'étais petit, je me souviens avoir fabriqué le trophée », poursuivait Djokovic, dédiant au passage son succès à son fil, présent dans son box. « L'emporter aussi devant mon fils, c'est forcément spécial, et j'en profite pour faire un coucou à ma femme et ma fille qui devaient être devant la télé. » Les quatre enfants de sa victime Roger Federer, eux, étaient tous présents en tribunes. Mais avec un goût amer pour eux en travers de la gorge.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.