WTA - US Open : Andreescu remporte son premier titre du Grand Chelem

WTA - US Open : Andreescu remporte son premier titre du Grand Chelem©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le dimanche 08 septembre 2019 à 00h04

A 19 ans, l'incroyable Bianca Andreescu a remporté samedi son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem en terrassant Serena Williams en finale de l'US Open (6-3, 7-5, 1h41). Sans une réaction de l'Américaine, qui rate pour la quatrième fois de suite la possibilité d'égaler le record de Margaret Court, la jeune Canadienne aurait même humilié l'ancienne numéro 1 mondiale.



Premier sacre en Grand Chelem pour Bianca Andreescu (19 ans) ! Naomi Osaka avait fait vivre un enfer à Serena Williams l'année dernière, déjà en finale de l'US Open. Alors que la championne américaine rêver de ne pas buter pour la quatrième fois consécutive sur le record de Margaret Court (24 titres en Grand Chelem, contre toujours 23 pour S.Williams), Andreescu l'a plongée dans un cauchemar similaire, avec encore une défaite en deux sets (6-3, 7-5, 1h41) pour l'ancienne numéro 1 mondiale, qui n'a plus gagné la moindre manche en finale depuis son dernier sacre, en janvier 2017 à l'Open d'Australie avant son accouchement et aux dépens de sa grande sœur en finale. Une malédiction qui colle à la peau de la protégée de Patrick Mouratoglou depuis qu'elle a délogé Steffi Graf de la deuxième place du classement et qui s'est poursuivie dimanche face à une joueuse au talent fou et à la précocité déroutante (elle a remporté son premier sacre dans un Majeur à son... quatrième tableau principal). Andreescu, première Canadienne à triompher dans un tournoi du Grand Chelem, est d'ailleurs devenue samedi la plus jeune joueuse depuis Maria Sharapova en 2006 (déjà à l'US Open) à soulever le trophée de Flushing Meadows.

Andreescu participait à l'US Open pour la première fois de sa carrière !

Le pire, c'est que celle qui occupait encore le... 208eme rang mondial il y a un an (elle sera cinquième lundi) participait pour la première fois de sa vie au tournoi. Elle avait bien tenté l'année dernière de se hisser dans le tableau final en passant par les qualifications, mais elle avait échoué. Cela n'a pas pas empêché la jeune surdouée qui n'a perdu à ce jour aucune de ses confrontations contre des joueuses du Top 10 (8 sur 8) de franchir les obstacles les uns après les autres (Flipkens, Wozniacki, Townsend, Mertens, Bencic et donc Williams), dans le plus grand calme, sans jamais s'affoler et avec une sérénité folle pour son jeune âge. Cette même sérénité presque paralysante qui lui a permis de repartir aisément au combat dans le deuxième set alors qu'elle venait de rater une balle de match, que Serena Williams, encore passée complètement à côté de sa finale, semblait sur le point de se refaire une santé, notamment au service, et que le public new yorkais, debout, poussait comme jamais derrière sa compatriote au point de hurler pratiquement à tous les points. Dans pareil contexte, beaucoup de joueuses auraient craqué, surtout à 19 ans. Pas Bianca Andreescu. Et au même titre qu'elle avait aligné les jeux dans le premier set, réussissant même le break dès le premier jeu, pour prendre les devants dans cette finale face à son adversaire de 37 ans, elle ne s'est aucunement désunie lorsque de 5-1 en sa faveur, le score passa à 5-5, service à suivre pour la Canadienne.


Quatre défaites en 2019 pour Andreescu !

Au contraire, la joueuse affichant désormais un bilan dingue de 46 victoires pour seulement 4 défaites en 2019, dont 21 sur ses 22 derniers matchs, a fait preuve d'un tel aplomb au moment où Williams venait de recoller au score qu'elle en a fait perdre de nouveau complètement son tennis à l'Américaine, alors que celle-ci semblait au bord de la guérison. La légende aux 23 sacres en Grand Chelem s'est alors encore tendue brusquement, elle s'est remise à commettre beaucoup d'erreurs (33 fautes directes en tout, certaines énormes) et a souffert de nouveau d'une panne de première balle, l'un de ses maux majeurs dans cette finale (44% au total). Une brèche dans laquelle s'est engouffrée Andreescu et son mental d'acier pour s'offrir deux nouvelles balles de match. La première, à 5-1, Serena l'avait sauvée sur un retour aussi fulgurant qu'osé. La seconde, à 6-5 pour la Canadienne, elle l'a écartée en servant un ace extérieur alors qu'elle s'était surtout fait remarquer sur des doubles fautes (8) jusqu'alors dans cette finale. La troisième a été la bonne pour la nouvelle étoile du tennis féminin, laissant la cadette des sœurs Williams à un mètre sur une terrible gifle de coup droit avant de serrer le poing, sans réellement réaliser, puis de s'écrouler sur le court après être venue saluer sa victime. Elle qui avant 2019 n'avait rien gagné, mais qui a ensuite ouvert son palmarès avec les plus beaux trophées qui soient ou presque sur le circuit féminin : Indian Wells, Toronto et l'US Open. Avant la native de Mississauga, en banlieue de Toronto, Osaka et Serena Williams avaient elle aussi remporté et Indian Wells et l'US Open dans la même saison. De là à penser qu'Andreescu est promise elle aussi à une grande carrière sans trop se tromper, il n'y a qu'un pas. Quant à Serena, pour son rêve, elle repassera encore.




US OPEN (Etats-Unis, Grand Chelem, dur, 25 808 767€)
Tenante du titre : Naomi Osaka (JAP)

Finale
Andreescu (CAN, n°15) bat S.Williams (USA, n°8) : 6-3, 7-5

Demi-finales
Andreescu (CAN, n°15) bat Bencic (SUI, n°13) : 7-6 (3), 7-5
S.Williams (USA, n°8) bat Svitolina (UKR, n°5) : 6-3, 6-1

Quarts de finale
Bencic (SUI, n°13) bat Vekic (CRO, n°23) : 7-6 (5), 6-3
Andreescu (CAN, n°15) bat Mertens (BEL, n°25) : 3-6, 6-2, 6-3
Svitolina (UKR, n°5) bat Konta (GBR, n°16) : 6-4, 6-4
S.Williams (USA, n°8) bat Q.Wang (CHN, n°18) : 6-1, 6-0

Vos réactions doivent respecter nos CGU.