US Open : le jour où Del Potro a assommé Federer en 2009

US Open : le jour où Del Potro a assommé Federer en 2009©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, publié le mercredi 06 septembre 2017 à 13h41

Avant le choc de la nuit prochaine entre Roger Federer et Juan Martin Del Potro en quart de finale de l'US Open, retour sur leur finale mémorable disputée à New York en 2009.

Ce jour de finale de l'année 2009, le court Arthur-Ashe a vécu un très grand moment. A seulement vingt ans, Juan Martin Del Potro dominait le « maitre » Roger Federer après avoir été mené deux sets à un et remportait son premier tournoi du Grand Chelem. Et les larmes de l'Argentin avaient coulé.

Vainqueur à Roland-Garros pour la première fois et d'un sixième Wimbledon après avoir échoué en finale de l'Open d'Australie face à Rafael Nadal, Federer vise ce lundi 14 septembre 2009 la passe de six à Flushing Meadows. Après des succès sur Tommy Robredo, Robin Söderling et Novak Djokovic, le Suisse, écrasant numéro 1 mondial, défie Del Potro, tombeur éclatant de Nadal (n°3 mondial) en demies (triple 6-2), tout frais numéro 6 mondial. Le combat apparait quelque peu déséquilibré, ce que démontre l'entame de rencontre.

Extrêmement tendu et gêné par le soleil, Del Potro est agressé sur ses deuxièmes balles (seuls quatre premiers services sur quatorze dans le premier jeu) et concède sa mise en jeu après onze minutes. Federer enchaine et, si l'Argentin écarte une balle de 5-1, il cède la première manche en 40 minutes (6-3) et parait au plus mal. Mais il sauve deux balles de 4-1, double break, dans le second acte, revient alors que Federer sert et se trouve à deux points du set (5-4, 30-0). Le Suisse peste alors contre ce satané Hawk-Eye qui donne finalement un passing de Del Potro bon alors que le numéro 1 mondial l'a vu filer faute sous ses yeux. Cela réveille Del Potro, surpuissant en fond de court et au service, qui ne laisse filer qu'un point sur son service au jeu décisif remporté 7 points à 5.

Le match est relancé et le jeu s'équilibre, tandis que le vent tombe. Del Potro fait le break le premier pour mener 4-3 avant de céder à son tour et de rater une occasion de break au jeu suivant. Deux doubles fautes lui coûtent la manche. Federer devant au tableau d'affichage, une grande majorité pense la finale pliée. A tort évidemment. Avec son coup droit massue, Del Potro (1,98 m), surnommé « la Tour de Tandill » sauve trois balles de break dans ses deux premiers jeux de service et refait le coup du troisième set : le break avant de craquer lui-même. Un nouveau tie-break va départager les deux hommes. Federer commence par une double faute. Le seul point qui sera remporté par un relanceur, malgré une double faute attribué par « l'œil du faucon » à Del Potro à 4-2. L'Argentin recolle, 7 points à 4 (7-6).

Marqué physiquement et mentalement, Federer (28 ans à ce moment-là) craque et s'effondre devant la jeunesse ébouriffante de son adversaire, supporté bruyamment par une importante colonie « gaucho » dans les tribunes. Le Suisse aux 15 Grands Chelems, cède sa mise en jeu au deuxième engagement et sort un revers au jeu suivant sur son unique balle de break du set. Del Potro cogne terriblement fort, matraque littéralement le Suisse qu'il saoule de ses coups puissants et conclut par un nouveau break à sa troisième balle de match (6-2). Après 4h06 de jeu, Del Potro lève les bras de bonheur devant son compatriote Guillermo Vilas, seul lauréat argentin du tournoi jusqu'alors (sur terre battue en 1977). « C'est juste incroyable de voir un mec si grand donner l'impression de flotter comme ça sur le court », a déclaré John McEnroe durant le match à la télévision américaine. Del Potro devient alors le deuxième homme, après Nadal, à dominer le Suisse dans l'une de ses 21 finales du Grand Chelem.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.