US Open : Carlos Ramos interdit d'arbitrer les matchs des sœurs Williams

US Open : Carlos Ramos interdit d'arbitrer les matchs des sœurs Williams©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le dimanche 18 août 2019 à 09h58

Suite à la vive altercation qu'il a eue avec Serena Williams en finale du dernier US Open face à Naomi Osaka, Carlos Ramos n'arbitrera pas la joueuse américaine, ni sa sœur, pendant l'édition 2019.

Dans huit jours débutera l'US Open, dernière levée du Grand Chelem 2019, et nul ne sait si Serena Williams brillera en terres new yorkaises, elle qui a dû abandonner en finale à Toronto et déclarer forfait à Cincinnati en raison de douleurs dorsales. Mais une chose est sûre : la joueuse de bientôt 38 ans ne sera pas arbitrée par Carlos Ramos cette année. Souvenez-vous, le 8 septembre 2018, lors de la finale dames de l'US Open contre Naomi Osaka, Serena Williams avait eu une vive altercation avec Monsieur Ramos. Après avoir reçu un avertissement pour coaching au début du deuxième set (son entraîneur Patrick Mouratoglou avait fait un signe de la main pour qu'elle joue plus au centre), Serena Williams avait écopé d'un point de pénalité pour avoir fracassé sa raquette quatre jeux plus tard. L'Américaine avait alors traité l'arbitre de « voleur » et de « menteur » puis avait reçu un jeu de pénalité avant de faire appel au juge-arbitre. Finalement, elle s'était inclinée 6-2, 6-4 face à la Japonaise, qui n'en demandait pas tant.

900 matchs à arbitrer pendant l'US Open

Un an plus tard, la Fédération américaine a donc décidé que Carlos Ramos n'arbitrerait pas Serena Williams, ni sa sœur Venus, à l'US Open. « Nous n'avons pas besoin de cela. Il y a plus de 900 matchs ici en trois semaines (en comptant les qualifications, ndlr), et Carlos aura beaucoup de travail. On veut se concentrer sur la compétition et aller de l'avant. Cette décision sera juste valable en 2019. Ne mettons pas tout le monde sous les projecteurs, ce n'est pas nécessaire », a déclaré Stacey Allaster, responsable du tennis professionnel à la fédération américaine de tennis, au New York Times.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.