Verdasco ne compte pas en rester là

Verdasco ne compte pas en rester là©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 10h45

A la suite de son exclusion du tableau de Roland-Garros pour un test positif au coronavirus dont il a été atteint pendant l'été, Fernando Verdasco compte obtenir une indemnisation de la part de la FFT.

Fernando Verdasco n'en démord pas. Testé positif au coronavirus, dont il a été atteint en août dernier, à deux jours du tirage au sort du tableau de Roland-Garros, l'Espagnol a été écarté du tournoi sans avoir pu prouver sa bonne foi auprès des organisateurs du tournoi. Face à une telle situation, le 59eme joueur mondial a confirmé dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe ne pas vouloir en rester là. « La situation est entre les mains des avocats et de mes agents, assure l'ancien demi-finaliste de l'Open d'Australie. Nous voulons envoyer une lettre officielle à Roland-Garros et à la Fédération Française, en mon nom mais aussi celui de la Fédération Espagnole, qui adressera également un courrier à la FFT. » Une procédure qui n'a qu'un seul but que l'Espagnol ne cache pas : « On va demander une indemnisation pour le préjudice que cela m'a coûté de ne pas participer à ce tournoi, en raison d'une mauvaise gestion, de Roland-Garros, de la Fédération, du gouvernement français ».

Verdasco pointe du doigt tant les organisateurs que les autorités

Passablement énervé par cette situation, le triple vainqueur de la Coupe Davis avec l'Espagne s'est montré très critique contre l'organisation du tournoi, mais également contre les autorités sanitaires françaises. « Je crois que ça témoigne d'une mauvaise gestion générale de toutes les autorités chargées d'organiser un tournoi aussi important que Roland-Garros, d'avoir changé les règles un jour après m'avoir exclu du tournoi et sorti du tableau, sans me donner la possibilité de passer un deuxième test PCR, pour démontrer que j'étais négatif », assure Fernando Verdasco. Pointant du doigt un protocole initial « pas logique et totalement incohérent », l'Espagnol confirme avoir transmis tous les éléments prouvant son état de santé, sans que cela ait changé la donne. « J'ai eu le Covid-19 en août et je leur ai apporté les preuves que j'avais depuis passé quatre tests négatifs. Ils avaient toutes les informations, clame le 59eme mondial. Je leur ai dit qu'il s'agissait sans doute d'une erreur, que j'avais des anticorps, que l'on pouvait faire une analyse de sang pour vérifier que mes anticorps me rendaient désormais immunisé et non contagieux. »

Verdasco : « C'est une situation très dure pour moi »

Après avoir appris de Pascal Maria, en charge du protocole sanitaire à Roland-Garros, qu'il ne pourra pas prendre part au tournoi, Fernando Verdasco n'a pas caché sa colère, qui s'est amplifié quand les règles ont été modifiées peu de temps après. « Ma colère était évidemment encore plus grande quand j'ai appris que la règle avait changé, un jour après que j'ai quitté Paris et qu'on m'avait exclu du tournoi », tonne l'Espagnol. Un tel ressentiment que le natif de Madrid n'a pas voulu répondre aux sollicitations, notamment celles du directeur du tournoi. « Le seul qui a tenté de me joindre a été Guy Forget, mais j'étais tellement en colère de voir que tous mes tests étaient négatifs que j'ai dit à ma femme que je ne voulais ni voir du tennis, ni en entendre parler, avec personne, assure Fernando Verdasco. J'étais tellement triste. C'est une situation très dure pour moi, mentalement, psychologiquement. » Une situation qui, si elle ne va pas le pousser vers la retraite à 36 ans, pourrait le pousser à mettre un terme prématuré à sa saison 2020 et à l'éloigner de Roland-Garros lors des prochaines éditions. « Qu'on me traite avec si peu de respect, ça m'a beaucoup affecté », assure-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.