Une triste première pour le tennis français

Une triste première pour le tennis français©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 04 juin 2021 à 09h54

Pour la première fois depuis le début de l'ère Open, il n'y aura aucun représentant français au troisième tour de Roland-Garros, Richard Gasquet n'ayant pas réussi l'exploit contre Rafael Nadal. L'heure est grave.



Il était le dernier espoir du tennis tricolore Porte d'Auteuil. Mais il n'y pas eu de miracle pour Richard Gasquet jeudi soir. Opposé pour la 17e fois de sa carrière à Rafael Nadal, il s'est logiquement incliné en trois manches jeudi soir (6-0, 7-5, 6-2), même s'il s'était bien repris dans le deuxième set. Quelques heures plus tôt, Gaël Monfils avait lui perdu contre le Suédois Mikael Ymer, 105eme joueur mondial (6-0, 2-6, 6-4, 6-3), laissant Gasquet seul pour sauver la patrie. Attendue, cette 17e défaite de Gasquet de Nadal a donc confirmé cette débâcle historique, puisque, pour la première fois depuis le début de l'ère Open en 1968, il n'y aura aucun Français au troisième tour de Roland-Garros !

Déjà un record au deuxième tour

Avec trois rescapés au deuxième tour, Enzo Couacaud ayant accompagné Monfils et Gasquet, les Bleus avaient déjà battu un record dont ils se seraient bien passés, puisque ce n'était plus arrivé depuis 53 ans... Les qualifications n'auguraient d'ailleurs rien de bon, aucun des 21 représentants français engagés n'ayant réussi à obtenir son billet pour le grand tableau. Et s'ils étaient 18 au premier tour dans le tableau messieurs, seuls trois avaient donc réussi à passer. Ce n'est pas mieux chez les dames, Fiona Ferro et Kristina Mladenovic, les deux dernières Françaises engagées, ayant aussi été éliminées jeudi, respectivement contre Jennifer Brady et face à Anette Kontaveit, deux joueuses mieux classées qu'elles. Et c'est la quatrième fois depuis le début de l'ère Open qu'il n'y aura aucune Française au troisième tour, ce qui était déjà arrivé en 1981, 1986 et en 2019.

Forget : "Il ne faut pas chômer"

"C'est un voyant qui vient de s'allumer", a reconnu Guy Forget, le directeur du tournoi parisien, dans un entretien à l'AFP. Même s'il garde espoir : "Je suis convaincu que les jeunes qu'on a actuellement, les 16-18 ans, probablement d'ici un à trois ans, vont reprendre le flambeau, comme c'est le cas depuis 25-30 ans quand on a eu des creux de vague. En général, ça rebondit, mais il ne faut pas chômer." Effectivement, le temps presse...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.