Un Roland-Garros "plus tristounet" 

Un Roland-Garros "plus tristounet" ©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le lundi 05 octobre 2020 à 16h59

Exceptionnellement disputé à l'automne et avec très peu de public en raison de la crise sanitaire, l'édition 2020 du Grand Chelem parisien est vraiment très particulière, confirme l'ancienne gagnante du tournoi Justine Henin. 


Un Roland-Garros pas comme les autres. Reporté à l'automne en raison de la pandémie de coronavirus, le Grand Chelem français espérait accueillir 5000 personnes par jour. Sauf que le Premier ministre Jean Castex, quelques jours avant le début du tournoi, avait annoncé l'abaissement de cette jauge à 1000 personnes par jour. "Nous appliquerons à Roland-Garros les mêmes règles qu'ailleurs. Il n'y a pas de raison que nous n'appliquions pas les mêmes règles que tout le monde", expliquait-il alors sur France 2. Un public très peu présent donc, associé à des conditions météorologiques loin d'être idéales, avec une pluie qui s'invite régulièrement. Heureusement, le court Philippe-Chatrier est désormais doté d'un toit rétractable. "C'est plus tristounet, reconnaît Justine Henin, consultante pour France 2 durant cette quinzaine parisienne. Mais c'est compréhensible." 

"Il faut être patient"

"Le sport c'est un métier de partage, d'émotions et le public nous manque beaucoup, poursuit l'ancienne joueuse belge dans un entretien accordé à la RTBF. La météo n'est pas très réjouissante mais on joue du tennis, on voit les meilleurs joueurs et joueuses du monde s'affronter. Donc ce n'est pas la même chose, en télévision non plus, mais en tous cas moi je vibre lors de certains matchs dans cette édition et puis je crois qu'il faut être raisonnable par moment. On a envie que la situation se décante et qu'on puisse retrouver un circuit tel qu'on l'a connu par le passé, vibrant." Pour la quadruple lauréate de l'épreuve (2003, 2005, 2006 et 2007), "il faut être patient, il faut attendre et puis il faut prendre ce qui vient de manière positive. C'est ce que j'ai essayé de faire ici à travers mon métier de consultante donc j'en profite malgré tout."  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.