Un ancien arbitre s'oppose à Djokovic

Un ancien arbitre s'oppose à Djokovic©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le mardi 06 octobre 2020 à 09h57

Alors que Novak Djokovic a de nouveau touché un juge de ligne, lundi à Roland-Garros, et qu'il veut supprimer ces officiels placés au bord du court, un ancien célèbre arbitre s'oppose au numéro 1 mondial.



Disqualifié à la stupeur générale lors du dernier US Open après avoir frappé une juge de ligne sur un geste d'énervement, Novak Djokovic a encore frappé lundi. Lors de son huitième de finale disputé sur le court Philippe-Chatrier de Roland-Garros contre Karen Khachanov, le numéro 1 mondial a cette fois touché un juge de ligné placé sur sa droite sur un retour de service. De manière involontaire encore. L'officiel a été heurté en plein visage mais a pu poursuivre la rencontre.

Djokovic s'est vite excusé et après sa victoire, il a confié espérer que le juge de ligne aille bien. Ces officiels autour du court, le Serbe aimerait les supprimer, comme il l'avait déclaré samedi après son 3eme tour remporté face à Galan. «La technologie est tellement avancée à l'heure actuelle qu'il n'y a pas de raison de conserver des juges de ligne, à part la tradition de ce sport. Je ne vois pas pourquoi on n'utiliserait pas partout la technique que nous avions à New York », avait-il dit.

« Il faut faire confiance au juge de ligne. Il en faut absolument sur terre »

Sur ce point, l'ancien arbitre international Bruno Rebeuh s'oppose totalement à « Djoko ». « Aujourd'hui, il y a 230 arbitres et juges de lignes à Roland-Garros. Ils sont ravis de venir ici, lâche le Français dans L'Equipe, mardi. À part une dizaine de pros, ce ne sont que des amateurs qui ont posé quinze jours de congés. Pourquoi ils sont là ? Parce que Roland, c'est LA récompense. Tout au long de l'année, ils officient avec des - 2/6, ou en championnats par équipes, chez les juniors, les seniors... On leur dit : "Tu arbitres dans ton club de la Creuse, ou à 50 bornes de chez toi, sans être payé, mais si tu es bon, après un certain nombre de matches, tu viendras à Roland ". Si demain, il n'y a plus de juges de lignes ici, est-ce que ces bénévoles ne vont pas arrêter l'arbitrage ? »


L'ex-arbitre majeur des années 1980 et 1990 explique qu'il faut à tout prix des arbitres sur les courts en terre battue. « Il y a des procédures d'inspection de traces, il ne faut pas laisser l'arbitre tout seul, parce que la lecture de la marque sur la "longue" (ligne du couloir) opposée à la chaise est très difficile, comme sur la "médiane", au service. On n'est pas dans le sens du jeu et on ne voit pas, il peut aussi parfois y avoir un court un peu lourd, où les traces sont moins lisibles ; il faut faire confiance au juge de ligne. Il en faut absolument sur terre. »

« Les matchs sur terre sont plus sympas à suivre parce que l'arbitre descend de sa chaise »

« En étant tous les jours à Roland-Garros, je croise beaucoup de gens qui sont nostalgiques des années 1980-1990, poursuit Bruno Rebeuh. Les Becker, McEnroe, Noah, Connors, tous leur manquent. Ce qui leur manque, c'est aussi de voir un arbitre se faire chahuter par les joueurs. Est-ce que le tennis n'est pas victime de toute cette réglementation, d'un code de conduite trop sévère, du hawk-eye qui enlève toute contestation ? Les matchs sur terre sont plus sympas à suivre parce que l'arbitre descend de sa chaise, le joueur encercle une marque, ça parlemente ; tout ça fait aussi partie du spectacle. Djokovic n'a pas la notion de tout ça. Et on ne peut pas lui en vouloir. »

A l'US Open, les courts secondaires étaient privés de juges de ligne. Un « vide d'émotions » pour le Français. « L'animation, c'est quand l'arbitre se fait un peu secouer, que le public manifeste. Il y a moins d'engouement aujourd'hui et ça m'inquiète. D'autant qu'on a perdu beaucoup de joueurs charismatiques. J'espère que c'est cyclique. En tout cas, il ne faut pas que ce sport devienne un jeu vidéo », conclut Bruno Rebeuh.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.