Tsitsipas : " Je ne vois pas de raison pour ne pas brandir ce trophée un jour "

Tsitsipas : " Je ne vois pas de raison pour ne pas brandir ce trophée un jour "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 13 juin 2021 à 22h15

Malgré sa défaite en cinq manches face à Novak Djokovic après avoir mené deux manches à rien, Stefanos Tsitsipas tire du positif de sa finale des Internationaux de France et assure être confiant quand à sa capacité à gagner un tournoi du Grand Chelem.



Stefanos Tsitsipas a longtemps cru à son premier titre en Grand Chelem. Dominateur face à Novak Djokovic, le Grec a su mener deux manches à rien avant de voir le numéro 1 mondial revenir de manière irrémédiable. Interrogé en conférence de presse, le numéro 5 mondial a confié qu'il a « commencé à jouer très court » et qu'il n'avait « plus de rythme » sans parvenir à se l'expliquer. « C'était très étrange car avant j'avais le bon rythme je me sentais très bien sur le court, je me déplaçais bien et tout d'un coup je me suis senti hors du coup », a tenté d'expliquer Stefanos Tsitsipas, qui assure avoir essayé « de comprendre et de trouver des solutions » sans toutefois y parvenir. « C'est très malheureux parce que c'était une opportunité, je me sentais bien, a ajouté la tête de série numéro 5 des Internationaux de France. J'ai raté une occasion de faire mieux aujourd'hui (dimanche). »

Tsitsipas : « Deux sets, ça ne veut pas dire grand-chose »

Le Grec a également vécu une petite alerte physique durant la troisième set. « J'avais la hanche bloquée. Je pensais qu'il pouvait m'aider, a expliqué Stefanos Tsitsipas. C'est revenu à la normale ensuite. » Interrogé sur les leçons qu'il peut tirer d'une telle rencontre, le numéro 5 mondial s'est montré laconique. « Ce que j'ai appris aujourd'hui (dimanche), c'est que quoi qu'il arrive, pour que le match soit terminé, vous devez gagner trois sets, pas deux, a-t-il confié. Deux sets, ça ne veut pas dire grand-chose, c'est toujours un de moins que ce qu'il faut pour gagner. » Stefanos Tsitsipas est également revenu sur le moment durant lequel Novak Djokovic a quitté le court, à l'issue de la deuxième manche. « Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais il est revenu en étant un joueur différent. Il jouait vraiment bien, il ne m'a plus laissé d'espace, a résumé le Grec. Le physique, l'anticipation, les déplacements, tout semblait meilleur à son retour. J'avais l'impression qu'il pouvait mieux lire mon jeu tout à coup. »

Tsitsipas : « Je sens que je suis capable de me battre pour ces titres »

Malgré ce scenario qui n'a pas tourné en sa faveur, Stefanos Tsitsipas tire du positif de cette première finale en Grand Chelem. « Je sens que je suis capable de me battre pour ces titres, assure le numéro 5 mondial. Malgré ma défaite, j'ai foi dans mon jeu. Je crois que je peux y arriver très bientôt. Je n'étais pas loin aujourd'hui (dimanche). » Il note toutefois qu'il y a « une petite différence » entre Novak Djokovic et ses précédents adversaires dans ce Roland-Garros, c'est à dire Jérémy Chardy, Pedro Martinez, John Isner, Pablo Carreño Busta, Daniil Medvedev et Alexander Zverev. Néanmoins, il a conclu en affirmant : « Je ne vois pas de raison pour ne pas brandir ce trophée un jour ». C'est désormais à lui de mettre à nouveau tous les ingrédients pour enchaîner les victoires durant la quinzaine parisienne, qui s'est refusée à lui qui rêvait d'être le premier représentant de son pays à brandir la Coupe des Mousquetaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.