" Tout est possible " pour Monfils

" Tout est possible " pour Monfils©Media365
A lire aussi

Gabriel Vanhoutte, publié le vendredi 24 mai 2019 à 00h23

A quelques jours de son treizième Roland-Garros, le joueur n°1 français Gaël Monfils s'est exprimé à l'émission de France 3 Tout le Sport. Le Parisien a confié ses espoirs, ses rêves de Grand Chelem mais aussi ses craintes.

Il y a onze ans, il devenait le premier Français en sept ans à atteindre les demi-finales de Roland-Garros, où il s'était alors incliné contre Roger Federer. En début de mois, c'est dès le troisième tour du tournoi de Madrid que le Maestro a éliminé le Parisien, malgré plusieurs balles de match. Chez nos confrères de Tout le Sport, Gaël Monfils est revenu sur ses rêves et ses craintes à quelques jours du tournoi de la Porte d'Auteuil. « Je m'entraîne bien, je me sens bien dans ma tête, tout est possible » a commencé le Français, depuis son fief suisse de Nyon.


Monfils : « Je rêve de gagner un Grand Chelem, si possible Roland-Garros »

Le Parisien, actuellement classé au 16eme rang mondial, a assumé ses ambitions : « On a le droit de rêver et d'avoir des défis très hauts. Sinon, il n'y a pas de sport. La beauté du sport, c'est de pouvoir rêver et de pouvoir dire que j'ai envie de gagner un Grand Chelem. » Mais « La Monfe » reste mesuré après une préparation difficile sur terre battue, avec pour seul fait d'arme un troisième tour à Madrid, perdu contre Roger Federer. « Je ne sais pas si ce sera la bonne année (pour gagner Roland). Je n'ai pas forcément bien joué avant, ça arrive, mais j'ai un rêve, qui est de gagner un Grand Chelem et si possible Roland-Garros. J'ai de gros objectifs, je les assume, même si j'ai perdu au 3eme tour et 1er tour le mois dernier » assure le Français.

Monfils : « On a essayé de me mettre dans un moule »

Réputé pour ses coups d'éclats, capable du meilleur comme du pire, Gaël Monfils veut changer son image. Pour cela, il travaille depuis un an avec une préparatrice mentale pour l'aider à canaliser la pression. Le Parisien est donc revenu sur cette réputation à part dans le circuit. « Quand je suis arrivé sur le circuit, on m'a tout de suite mis une image de garçon nonchalant ou pas rigoureux. Je suis quelqu'un d'assez sensible, et même de trop sensible pour le sport de haut niveau. On a essayé de me mettre dans un moule assez rapidement » confie-t-il.



Sur la bonne voie depuis un an, le Français veut croire en ses chances, même s'il est conscient que son plus grand adversaire réside au fond de lui. « Je ne me pose même pas la question de savoir si je me sens capable de gagner. J'ai envie de gagner, tout simplement » déclare-t-il. Interrogé sur les adversaires qui pourraient lui faire peur, Monfils continue : « J'ai peut-être peur de moi-même, car il faut se l'avouer : de temps en temps, on se met un peu de pression, on se crispe, les conditions sont un peu plus dures et on se met des barrières dans la tête. C'est pour ça que je n'ai pas peur que des personnes m'aident à passer ce cap. »


L'an passé, « La Monfe » avait vu son parcours se terminer au terme d'une bataille particulièrement impressionnante, en cinq sets contre David Goffin, au troisième tour. Cette année le Français veut croire en ses chances de briller. « J'absorbe énormément d'énergie, ça me donne du courage. A Roland-Garros, le public est fabuleux et donne une énergie incroyable. » Car pour le Parisien, la victoire est aussi importante que le plaisir : « J'ai le droit de prendre du plaisir et de m'amuser et j'ai tout autant envie de gagner. Si on peut allier les deux, c'est cool. » En espérant que Monfils ravisse la Porte d'Auteuil autant que lui-même...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.