Serena, enfin la bonne ?

Serena, enfin la bonne ?©Media365

Thomas Siniecki, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 09h00

Serena Williams attend un sacre à Roland-Garros depuis 2015, et surtout un titre du Grand Chelem depuis près de quatre ans (Open d'Australie 2017). Elle poursuit son parcours à Paris mercredi, contre Tsvetana Pironkova.



Tsvetana Pironkova avait marqué les esprits au début du mois, à l'US Open. Maman, la Bulgare n'avait plus joué un match depuis trois ans et s'était présentée non classée à New York, ce qui ne l'avait pas empêché de sortir successivement Garbine Muguruza, Donna Vekic et Alizé Cornet, ne butant sur Serena Williams qu'en quarts de finale. Et l'Américaine avait dû batailler après avoir perdu le premier set (4-6, 6-3, 6-2). Victorieuse d'Andrea Petkovic au premier tour de Roland-Garros, la voilà qui retrouve la joueuse aux 23 titres du Grand Chelem mercredi, sur le court Philippe-Chatrier.

Pironkova : "Toujours un privilège"

"Pas de problème, elle joue bien, présente simplement la n°9 mondiale. Elle a bien joué et moi aussi. Je suis prête à rejouer contre elle, elle sera prête à rejouer contre moi. Elle renvoie bien, mais moi aussi." Pas très envie d'en dire plus, la triple lauréate des lieux (son plus bas total pour un tournoi du Grand Chelem), sans doute échaudée par ses récentes tentatives infructueuses sur les quatre épreuves majeures, elle qui continue de viser le record de 24 couronnes détenu par Margaret Court. Pironkova, qui n'a rien à perdre, est plus prolixe : "C'est toujours un privilège de la rencontrer, en particulier après ce dernier match en trois sets, c'était très exaltant. On verra ! Je suis évidemment très enthousiaste."


Le piège est bien sûr gros comme une maison pour Serena Williams, qui avait mis un set à se régler lundi face à sa faible compatriote Kristie Ahn, ne s'en sortant qu'au tie-break avant de dérouler (7-6, 6-0). Contre Pironkova, âgée de 33 ans et dont la 157eme place mondiale n'est donc qu'un leurre, elle a gagné leurs cinq duels en carrière. Mais avant de penser à Barbora Strycova, Victoria Azarenka, Elina Svitolina ou Simona Halep, ses adversaires théoriques suivantes, Serena Williams sait à coup sûr qu'elle n'a pas le droit de sous-estimer une jeune maman.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.