Roland-Garros (H) : Thiem écrase un A.Zverev diminué

Roland-Garros (H) : Thiem écrase un A.Zverev diminué©Media365

Aurélien CANOT, publié le mardi 05 juin 2018 à 19h29

Marco Cecchinato, le conte de fée continue. Totalement inconnu avant le début de ce Roland-Garros, l'Italien s'est hissé mardi en demi-finales du tournoi en s'offrant un nouvel exploit, gigantesque, face à Novak Djokovic. Le 72eme mondial affrontera Dominic Thiem, bourreau d'un Alexander Zverev diminué.

Déjà tombeur de l'Espagnol Pablo Carreno Busta et du Belge David Goffin, Cecchinato, 72eme mondial, a cette fois terrassé le Serbe, battu en quatre sets (6-3, 6-7, 1-6, 7-6) par l'énorme sensation de cette édition 2018. Face à un Djokovic pas dans son assiette en début de match et visiblement gêné par un problème à la nuque ou à une épaule (le Serbe a été manipulé à plusieurs reprises), le joueur italien qui n'avait encore jamais passé un tour dans un tournoi du Grand Chelem, avait même pris un départ rêvé, qu'il confirmait dans le deuxième set, gagné plus difficilement toutefois. Celui qui allait devenir plus tard le premier joueur de son pays depuis quarante ans (1978) à atteindre le dernier carré dans un majeur s'était pourtant retrouvé 6-5 dans cette deuxième manche malgré un break d'entrée, avant de faire preuve d'une solidité à toute épreuve dans le jeu décisif, remporté 7-4 contre un Djokovic redoutable en coup droit mais pas aidé par son revers, et contraint d'énormément courir pour défendre face à l'Italien. Mais le scénario allait s'inverser dans le set suivant alors que Cecchinato avait encore réussi à prendre d'entrée le service de l'ancien numéro 1 mondial. La belle mécanique de cet incroyable Italien d'ores et déjà assuré d'intégrer le Top 30 au prochain classement (27eme virtuelle, il sera onzième en cas de succès face à Dominic Thiem) s'enrayait, et les jeux défilaient en faveur d'un Djokovic complètement retrouvé et qui bouclait le troisième set (6-1) en une demi-heure malgré un revers encore délicat. Passé au travers dans cette troisième manche, Cecchinato débutait encore très mal le set suivant, avec un point de pénalité pour avoir quitté le court sans l'accord de l'arbitre. Comme un symbole, c'est cette fois le Serbe qui faisait le break d'entrée. Pire pour son adversaire, en perdition à ce moment de la partie : il devait attendre le quatrième jeu pour stopper l'hémorragie.

Un jeu décisif d'anthologie

Heureusement pour le futur héros, à 5-3, le 22eme mondial (cinquante places de mieux), jamais battu avant mardi à Roland-Garros par un joueur classé au-delà de la 31eme place mondiale, lui offrait sa première balle de break depuis bien longtemps sur une énorme faute de revers. Le Sicilien ne la laissait pas passer. Et, un jeu plus tard (5-5), le match était complètement relancé alors que Djokovic, qui avait laissé filer trois balles de 5-1, semblait avoir le quatrième set en main. Alors que des gouttes se mettait à tomber, la rencontre montait d'un cran en qualité, et atteignait même un niveau de jeu complètement dingue entre les deux hommes (de loin le match de ce début de quinzaine) à l'aube du jeu décisif du quatrième set. Un tie-break d'anthologie qui allait proposer des points incroyables et un suspense à couper le souffle entre deux champions se rendant coup pour coup devant un public aux anges. Cecchinato prenait d'abord le large (3-3), Djokovic recollait (3-3), et à 6-5, l'Italien se procurait une première balle de match, que Djokovic sauvait sur une volée magnifiquement posée. Le Serbe bénéficiait ensuite de deux balles de set, puis d'une troisième, entrecoupée d'une deuxième balle de match pour l'Italien. Interminable, ce jeu décisif basculait presque dans l'irréel quand Cecchinato, toujours aussi étonnant, voyait pointer sa quatrième opportunité de signer l'exploit de ce Roland-Garros, deux points après avoir laissé échapper une troisième possibilité. Grandiose, cet Italien qui ne faisait même pas partie de la Squadra Azzurra lors du récent Italie-France en Coupe Davis trouvait l'angle gauche du court sur un retour fou qui transperçait Djokovic, monté au filet : 13-11. Comme après son exploit face à Goffin, le natif de Palerme pouvait s'écrouler sur le court, transi de joie. « Je ne comprends rien de ce qu'il vient se passer, êtes-vous sûr que je ne suis pas en train de rêver ? », demandait-il un peu plus tard à Cédric Pioline. Non, Marco, tu ne rêves pas. Et c'est maintenant une demi-finale en Grand Chelem qui se présente à toi. Extraordinaire.

Thiem par KO face à un Zverev diminué

Dominic Thiem, en habitué du dernier carré. Pour la troisième fois de suite après 2016 et 2017, le jeune joueur autrichien de 24 ans qui n'a pourtant jamais franchi le cap des huitièmes dans les autres tournois du Grand Chelem disputera une place en finale à Roland-Garros, jeudi contre l'étonnant Italien Marco Cecchinato. Bourreau du Serbe lors de la dernière édition (7-6, 6-3, 6-0), Thiem a de nouveau survolé son quart de finale, ce mardi face à Alexander Zverev cette fois (6-4, 6-2, 6-1). Mais si, l'année dernière, celui qui occupe désormais la place de numéro 8 mondial, avait surclassé Djokovic grâce à son talent uniquement, il a cette fois profité d'un Zverev fortement émoussé par ses trois matchs précédents, tous remportés en cinq sets (contre Lajovic, Dzumhur et Khachanov), pour s'offrir un cavalier seul inattendu. Le premier choc de cette quinzaine a en effet accouché d'une souris, le grand Allemand parti pour l'emporter contre Nadal en finale à Rome avant que la pluie ne brise son élan n'ayant pu défendre ses chances équitablement avec son adversaire, promis comme lui au trône de numéro 1 mondial dès lors que Roger Federer et Rafael Nadal auront passé la main. Fatigué par ses marathons, le troisième mondial (derrière Nadal et Federer justement) a, de surcroît, vu rapidement sa blessure à la cuisse gauche se réveiller lors de cette partie tournant vite à la démonstration. Le vainqueur de Munich et Madrid cette année a grimacé sur une glissade en fin de premier set, le natif d'Hambourg se touchant immédiatement la cuisse gauche avant de faire appel au kiné en début de seconde manche à un changement de côté.

La troisième sera-t-elle la bonne pour Thiem ?

Une intervention malheureusement sans effet sur le cadet des frères Zverev, qui ne s'était incliné qu'une seule fois en trois manches dans un Majeur avant cette déconvenue de mardi. Malgré un imposant strap, appliqué sur le court par le kiné, « Sasha », trois ans de moins que Thiem, a terminé laborieusement la partie, donnant même l'impression à plusieurs reprises de vouloir abandonner. Incapable de donner la puissance qu'il souhaitait à ses services, trop touché pour mettre du poids dans sa balle, l'Allemand, tête de série numéro 2 de ce Roland-Garros 2018, n'a pas jeté l'éponge, mais c'était tout comme et, le premier set excepté (Zverev a tenu jusqu'à 3-3, moment du premier break de son adversaire), l'Autrichien a pu tranquillement déroulé sans forcer. La plupart du temps, remettre la balle dans le court a même suffi à Thiem pour gagner le point. La fin de rencontre a d'ailleurs fortement ressemblé à une parodie de tennis, loin du spectacle attendu entre deux des meilleurs joueurs du circuit et seuls joueurs potentiellement capables aujourd'hui de mettre fin au règne de Nadal Porte d'Auteuil. Une tache qui incombe désormais au seul Dominic Thiem, le petit ami de Kristina Mladenovic ayant profité de ce Zverev très amoindri pour s'économiser avant de tenter de passer enfin le cap des demi-finales. Un luxe. est-ce que ce sera suffisant pour autant... ?

ROLAND-GARROS (France, Grand Chelem, terre battue, 18 232 000 €)
Tenant du titre : Rafael Nadal (ESP)

Demi-finales
Nadal (ESP, n°1) ou Schwartzman (ARG, n°11) - Cilic (CRO, n°3) ou Del Potro (ARG, n°5)
Cecchinato (ITA) - Thiem (AUT, n°7)

Quarts de finale
Nadal (ESP, n°1) - Schwartzman (ARG, n°11)
Cilic (CRO, n°3) - Del Potro (ARG, n°5)
Cecchinato (ITA) bat Djokovic (SRB, n°20) : 6-3, 7-6 (4), 1-6, 7-6 (11)
Thiem (AUT, n°7) bat A.Zverev (ALL, n°2) : 6-4, 6-2, 6-1

Vos réactions doivent respecter nos CGU.