Roland-Garros : Est-ce la faute d'Agassi ? Djokovic répond

Roland-Garros : Est-ce la faute d'Agassi ? Djokovic répond©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 07 juin 2017 à 16h13

Novak Djokovic balayé dès les quarts de finale de Roland-Garros. Bien évidemment qu'il allait être question d'Andre Agassi et de son absence (prévue) dans les tribunes tandis que son nouveau protégé prenait de plein fouet la vague Dominic Thiem. C'est en tout cas ce qu'espéraient les journalistes, avant que le Serbe ne mette tout de suite les choses au clair.

« Ne l'impliquez pas dans cette histoire ! Si je perds le premier set, c'est de ma faute, il (Andre Agassi) n'a rien à voir là-dedans ! Son impact et son influence sur mon jeu, ça prendra du temps, ça ne se fait pas en un coup de baguette magique », a rétorqué Djokovic, conscient dès la formation du tandem que la mayonnaise ne prendrait pas aussi facilement. « On ne s'est vu que quelques jours, on a besoin de se connaître davantage. Il ne m'a pas donné d'informations en début de tournoi, il s'agissait de se connaître mutuellement. On va voir où ça nous amène. »

Pas plus disert sur la présence ou pas à ses côtés d'Agassi à Wimbledon (« on essayera, c'est tout ce que je peux vous dire »), l'ancien numéro 1 mondial a tenté également lors de cette conférence de presse d'analyser cette défaite. Et davantage qu'une défaillance de sa part sur le plan mental ou d'un jour sans, « Djoko » attribue surtout sa déconvenue à la perte de cette première manche très disputée au tie-break. Même s'il sait également qu'en s'écroulant dans le troisième set, il s'est également tiré une balle dans le pied. « Ce troisième set était très mauvais, mais tout s'est joué au premier. Ce set a duré 1h15, s'il tourne en ma faveur, le match tourne peut-être complètement. J'ai essayé, j'ai perdu ce break crucial au début du deuxième, il servait très bien et enchaînait les coups remarquables (...) Je savais qu'il hausserait son niveau et que ce serait difficile. Il n'a pas concédé un seul set depuis le début. »

Tout un tas de raisons qui font dire au vaincu du jour que son adversaire n'a pas volé sa victoire, loin de là. « Il méritait de gagner, il a été meilleur que moi, c'est sûr. » Djokovic sort d'ailleurs de ce quart de finale sans trop de regrets, sauf en ce qui concerne le troisième set. « Je ne m'attendais pas à jouer aussi mal, notamment dans ce troisième set. » Le Serbe estime malgré tout qu'il a fait de son mieux, mais que son mieux actuel est nettement en-deçà de ce qu'il était capable de réaliser lorsqu'il trônait au sommet du tennis mondial. « Je me fixe de grosses attentes, mais je ne suis pas à mon meilleur niveau. Comme les autres, je travaille. Parfois, ça marche, parfois non. C'est nouveau pour moi, comme le fait de ne pas avoir gagné de gros tournois sur les huit derniers mois. Ça aussi, c'est assez inédit, mais tous les meilleurs ont connu ça : il faut faire face, tirer les enseignements et trouver les meilleures solutions pour rebondir. C'est un énorme défi, je suis prêt (...) Quand j'ai la raquette en main, j'essaie de donner le meilleur de moi-même. Parfois, les circonstances font que je ne réussis pas une belle prestation. » C'est justement dans le but de retrouver notamment de la constance que Djokovic avait sollicité l'aide d'Agassi avant Roland-Garros. Pour l'instant, on ne peut pas vraiment dire que cela soit une réussite. Pourtant, le numéro 2 mondial a bien insisté mercredi : « Agassi n'a rien à voir. »



Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.