Roland-Garros : Averti pour avoir craché, Mahut pète les plombs !

Roland-Garros : Averti pour avoir craché, Mahut pète les plombs !©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le lundi 05 octobre 2020 à 10h35

Dimanche lors de la défaite de Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert en double au 3eme tour de Roland-Garros, l'Angevin, averti pour avoir craché sur le court, a voulu abandonner la partie, avant de retrouver son calme.

Plutôt connu pour être un modèle de quiétude sur le cour comme en dehors, Nicolas Mahut n'est vraiment pas du genre à s'emporter. Alors pour faire sortir le grand Angevin de ses gonds, il faut y aller fort, ou bien lui donner le sentiment d'être victime d'une injustice. Dimanche, lors du match du double du Français aux côtés de son fidèle partenaire Pierre-Hugues Herbert face à la paire Koolhof-Mektic (victoire en deux sets 6-2, 7-6 du Néerlandais et du Croate), c'est le second cas de figure qui a incité Mahut, furieux, à remettre sa veste de survêtement et à menacer de quitter le court. La raison ? Un crachat sur la terre battue du court Simonne-Mathieu qui a valu un avertissement au numéro 4 mondial de la spécialité en vertu du nouveau règlement lié au protocole sanitaire mis en place pour tenter de contrer la pandémie de Covid-19. Un nouveau règlement que ne connaissait pas Mahut, et ce dernier n'a pas du tout apprécié de le découvrir en live, sur le court, et de surcroît après en avoir fait les frais. « J'ai craché par terre et j'ai pris un avertissement, donc j'attends de parler au juge-arbitre », a pesté la victime de cette règle, à chaud, sans vouloir entendre un mot de plus de l'arbitre, qu'il avait alors dans son collimateur.

Mahut à l'arbitre : « Vous parlez à Pierre-Hugues, mais vous ne me parlez plus ! »



« Je ne vous parle plus ! J'ai le droit d'attendre le juge-arbitre, donc je l'attends, et je ne vous parle plus de maintenant au prochain match, on est d'accord ? Vous parlez à Pierre-Hugues, mais vous ne me parlez plus ! » Beaucoup plus calme sur le moment, Herbert a semblé prendre connaissance de la règle lui aussi à l'occasion de cette décision contre son partenaire, dont il s'est retrouvé victime collatérale bien malgré lui néanmoins. Après l'arrivée de la juge-arbitre, Mahut, décolérant petit à petit, lui a expliqué qu'il crachait sur la terre battue depuis toujours - « Toute m'a vie, j'ai fait ça » - sans jamais avoir été pénalisé. « Personne ne m'a rien dit », a assuré l'Angevin, demandant à lire le règlement où figurait cet alinéa. Rassuré, il a finalement repris le match. Deux jours plus tôt, alors qu'un agent de sécurité demandait à l'entraîneur de l'Américain Jack Sock, assis dans la tribune, de quitter les lieux lors du match opposant les deux Tricolores à Jack Sock et Vasek Pospisil, Herbert était intervenu lui-même pour prendre la défense du coach de Sock. « Monsieur, très sincèrement, vous ne pouvez pas faire ça, c'est l'entraîneur du joueur, vous ne pouvez pas le virer comme ça ! » Cette semaine à Roland-Garros, il fallait décidément assister aux matchs de Mahut et Herbert, pour avoir un spectacle garanti. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.