Quand Wawrinka et Koepfer s'interrompent après avoir entendu une explosion

Quand Wawrinka et Koepfer s'interrompent après avoir entendu une explosion©Panoramic, Media365
A lire aussi

Marie Mahé : publié le mercredi 30 septembre 2020 à 14h00

Ce mercredi matin, une importante explosion a retenti à Paris. Un énorme bruit qui a même perturbé Roland-Garros.

Un bruit qui a même perturbé Roland-Garros. Ce mercredi matin, peu avant 12h00, Paris et sa petite couronne ont été quelque peu perturbés par une explosion. A ce moment-là, du côté de la Porte d'Auteuil, le Suisse Stanislas Wawrinka, 17eme joueur mondial et tête de série n°14, et l'Allemand Dominik Koepfer, 61eme joueur mondial, s'affrontaient dans le cadre du deuxième tour de l'habituel deuxième Grand Chelem de l'année. Au tout début de la première manche, le score était alors de 1-0 en faveur du Suisse, et l'Allemand était au service, menant même déjà 15-30. Au moment de servir une nouvelle fois, Koepfer a sursauté et s'est arrêté net, après avoir entendu cette explosion. Les deux joueurs n'étaient logiquement pas rassurés.


La panique n'a pas envahi que Roland-Garros

Stan Wawrinka s'est même adressé à l'arbitre de chaise, lui demandant alors : « C'est bon ou ? » Si l'officiel n'a pas vraiment répondu distinctement, il a semblé dire : « On ne sait pas ce que c'est. » Finalement, le moins bien classé des deux a donc servi et le jeu a pu reprendre. Alors que la panique s'était quelque peu emparé des réseaux sociaux suite à ce bruit impressionnant, il s'est très vite avéré qu'il s'agissait du franchissement du mur du son de la part d'un avion de chasse, comme ce fut d'ailleurs confirmé par la préfecture de police de Paris, via Twitter : « Un bruit très important a été entendu à Paris et en région parisienne. Il n'y a pas d'explosion, il s'agit d'un avion de chasse qui a franchi le mur du son. N'encombrez pas les lignes de secours ! » Plus de peur que de mal donc, mais une belle frayeur pour tout le monde, à n'en pas douter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.