Parmentier : " J'ai essayé de mettre toutes les émotions de côté "

Parmentier : " J'ai essayé de mettre toutes les émotions de côté "©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 09h55

A la suite du dernier match de simple de sa carrière ce mardi au premier tour de Roland-Garros, Pauline Parmentier est revenue sur les émotions qu'elle a ressenti et s'est également retournée sur sa carrière.

Pauline Parmentier, pouvez-vous nous raconter ce que vous vous êtes dit avant, pendant et après ce match ?

Avant le match, c'était compliqué. On m'a parlé un peu de tous les terrains du stade. J'ai du mal à me projeter. Je me suis emballée en me disant que je pouvais être sur le Central. J'ai fini sur le 14, qui est un super court, mais je trouvais cela un peu sévère pour un potentiel dernier match. Une fois que je suis rentrée sur le terrain, j'ai tout donné, j'ai joué une fille qui a vraiment très bien joué aujourd'hui. Le score est sévère, mais j'ai l'impression d'avoir plutôt fait un bon match. J'ai essayé de mettre toutes les émotions de côté sur le match, parce que je ne voulais pas être rattrapée par cela, sur le fait que c'était la fin de ma carrière. Après, forcément, une fois que la balle de match est terminée et qu'il y a tout le monde au bord du terrain, il y a quand même pas mal de monde qui était là pour moi, j'étais contente de pouvoir partager cela avec eux, malgré le contexte. Forcément, comme je suis quelqu'un de sensible, c'était à prévoir, les petites larmes sont arrivées. Après, on a passé un petit moment un peu tous ensemble. On essaye de faire comme on peut, avec le contexte.

Pensez-vous que cette fin de carrière, en toute simplicité avec vos proches à vos côtés, vous ressemble ?

En toute simplicité, oui c'est sûr. Après, j'aurais aimé avoir un moment aussi sympa avec le public, avoir un court, pas « digne » je vais dire, le court 14 est un très beau court aussi. Mais finalement, c'est bien. Ils étaient là, tout près de moi, sur ce court. J'avais quand même une belle bande, une belle brochette dans les tribunes, à chaque fois que je les regardais, j'étais bien. Je n'avais pas besoin de beaucoup plus. Après, depuis le début on me dit : si tu te projettes sur ton dernier match, sur ton dernier Roland, comment tu le vois ? Je n'avais pas du tout prévu que ce serait comme cela, finir à minuit. Je n'avais pas envie de passer à côté de mon match, j'avais envie de produire du jeu. Je m'étais préparée à fond pour bien terminer. Je suis tombée sur quelqu'un de plus fort que moi aujourd'hui. Je n'ai pas forcément de regret. Il y a des petits points par-ci, par-là, où j'aurais pu mieux maîtriser le jeu. Mais elle m'a vraiment poussée, elle a mieux joué que moi. Sur les derniers points, il y avait toute la bande qui m'encourageait un peu, qui faisait un peu de bruit. Il y a un peu les émotions qui arrivent. Mais j'ai plutôt bien géré, oui.

Parmentier : « J'ai passé 20 ans de ma vie vraiment fabuleux »

En dehors de l'émotion, qu'est-ce qui va vous manquer le plus ?

Ce qui va me manquer le plus, c'est quand même le tennis en lui-même, parce que c'est un sport que j'adore, qui m'a permis de vivre énormément d'émotions, qui m'a apporté beaucoup. C'est ce qui m'a formée, ce qui a forgé mon caractère aussi sur toutes ces années. J'ai fait plein de belles rencontres. J'ai passé 20 ans de ma vie vraiment fabuleux. La compétition, les tournois, les gros tournois, les beaux tournois, cela va me manquer, parce qu'on a la chance de vivre de notre passion. Franchement, quand on commence à 11 ans, que l'on part de chez nous, c'est vraiment un gros pari, ce sont des gros sacrifices aussi pour toute la famille, tout l'entourage. C'est sûr que quand on y arrive, il faut savoir savourer tout cela. C'est cela qui va me manquer. Après, il y a plein de personnes de ce milieu qui vont me manquer, mais en même temps, je serai toujours là. Je ne pars pas non plus à l'autre bout du monde. Je suis toujours dans les parages. Je vais garder du lien avec beaucoup de personnes, je pense, parce que ce sont des gens qui font partie de moi, avec qui j'ai passé vraiment des supers moments.

Est-ce que vous appréhendez la suite ?

Non, je n'appréhende pas... pas du tout ce n'est pas le mot. Je suis très heureuse de passer à autre chose, d'avoir un nouveau départ sur une nouvelle vie. J'ai vraiment été au bout de mon aventure tennistique. Je pense avoir arrêté et je suis même certaine d'avoir arrêté au bon moment. J'ai hâte de voir ce que l'avenir me réserve. Je suis très bien entourée. J'ai hâte de construire aussi autre chose que le tennis après.

Est-ce que, en fin de compte, vous êtes contente de votre carrière ?

Oui, je suis très contente de ma carrière. C'est une carrière qui me ressemble, avec mon caractère aussi, avec des hauts et des bas, mais je suis fière de tout ce que j'ai fait. Je n'ai pas forcément de regrets sur ma carrière. Si à 11 ans, quand je suis partie de chez mes parents en sport-études, on m'avait dit que j'allais faire cette carrière et terminer à 34 ans à Roland, j'aurais signé direct. Je suis vraiment fière de tout cela. J'ai vécu de très belles émotions, j'ai rencontré des gens fabuleux. Forcément, il y a eu des moments difficiles, il y a eu plein de remises en question, des moments de doute, etc., mais je ne retiendrai vraiment que du bonheur et du positif de toutes ces années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.