Medvedev tacle l'organisation

Medvedev tacle l'organisation©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mercredi 09 juin 2021 à 11h44

Après sa défaite contre Stefanos Tsitsipas, Daniil Medvedev a adressé un gros tacle à l'organisation de Roland-Garros.



Pour la première fois de sa carrière, Daniil Medvedev a franchi le premier tour cette année à Roland-Garros après quatre échecs consécutifs dès son entrée en lice. Le Russe a même fait plus fort puisqu'il a visiblement pris goût à la terre battue, cette surface qu'il exécrait, en enchaînant quatre succès à Paris. Son parcours a néanmoins pris fin mardi en quarts de finale face à Stefanos Tsitsipas après un étonnant service à la cuillère de sa part et un aisé passing de revers de son adversaire grec (6-3, 7-6, 7-5). Une conclusion en queue de poisson, en... nocturne. Ce que le numéro 2 mondial n'a pas aimé.

Medvedev : « C'était l'affiche de la journée mais Roland-Garros a préféré Amazon au public »

Medvedev ne s'en est pas caché après sa défaite devant les journalistes. « J'étais évidemment déçu, a expliqué le Russe quand on lui a demandé ce qu'il a pensé quand il a su qu'il allait évoluer en session de soir. C'est marrant parce qu'hier (lundi), j'ai commencé la troisième saison de "Drive to survive" (série sur la saison de Formule 1 sur Netflix). Le premier épisode s'appelle " Cash is king " (l'argent est roi). C'était au début de la pandémie. Les pilotes étaient en Australie. À un moment, ils demandent à Lewis Hamilton ce qu'il pense des conditions de course. Il répond : " Je ne sais pas ce qu'on fait là. " Alors on lui demande pourquoi, selon lui, ils maintiennent la course. C'est là qu'il dit : " Cash is king ". Eh bien c'est pareil ici. C'était l'affiche de la journée mais Roland-Garros a préféré Amazon au public. C'est aussi simple que ça. »

Medvedev : « C'était un super tournoi »

« Je veux ajouter une chose. C'est bien d'avoir des sponsors, c'est ce qui permet aux joueurs de gagner de l'argent, mais cette année on a plus de monde, on a Amazon, et pourtant on a 15 % de prize money en moins, a ensuite lâché Medvedev. Donc la question est : Où est l'argent d'Amazon ? » S'il sort sur une note un peu amère, le n°2 mondial est ravi de son tournoi. « À chaque fois que je ne gagne pas un tournoi, c'est une déception. Mais avant de venir ici, si quelqu'un m'avait dit que je perdrais contre Tsitsipas en quarts de finale en faisant un bon match, j'aurais immédiatement signé, je ne vais pas mentir. Surtout avec mon bilan de 4 défaites et 0 victoire jusque-là à Roland-Garros. D'habitude, le premier mardi je suis déjà à la maison ! Donc c'était un super tournoi, une grande bagarre aujourd'hui, s'est réjoui Medvedev, mardi soir. Je me suis battu jusqu'au dernier point. Ce dernier point d'ailleurs, c'était un choix tactique, pas une volonté de quitter le court hein. J'ai été assez malchanceux sur certains points importants, mais globalement, Tsitsipas a été un peu meilleur que moi sur terre. Il a gagné un très bon match de tennis. »


Et ce fameux service à la cuillère alors ? « J'y pensais pendant tout le match, à le faire sur un point important, a raconté le joueur russe qui réside à Monaco. Je trouvais qu'il était assez loin au retour, mais je n'avais pas vu l'opportunité se présenter avant. Je décide de le faire là parce qu'il me dominait. Je voulais le surprendre. Je le fais parfois à l'entraînement et ça fonctionne pas mal. Bon, là, ça n'a pas du tout fonctionné, a-t-il dit en riant. Il a eu une balle facile pour conclure. Mais ce n'était pas une erreur, c'était tactique, c'est quelque chose que j'ai eu le courage de tenter. La prochaine fois, je ne le ferai peut-être pas car je saurai qu'il est prêt. » Celui qui aurait pu être numéro 1 mondial au prochain classement ATP s'il avait atteint la finale et si Novak Djokovic était battu avant la finale va maintenant se préparer pour la saison sur gazon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.