Mauresmo : "Pousser encore plus, aller plus loin"

Mauresmo : "Pousser encore plus, aller plus loin"©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le jeudi 09 décembre 2021 à 14h40

Nommée nouvelle directrice de Roland-Garros, Amélie Mauresmo a pris le temps de dire combien cette promotion fait sa joie et d'en expliquer les raisons, de par notamment cette histoire très spéciale qui la lie au tournoi. Toutefois, l'ancienne numéro 1 mondiale semble déjà avoir pris quelques coups d'avance sur la table des futures évolutions à apporter à l'épreuve pour lui permettre de passer un nouveau cap.



Amélie Mauresmo, qu'est-ce que cela vous fait d'être aujourd'hui la directrice du tournoi de Roland-Garros ?
Je suis très fière et très honorée que Gilles (Moretton) m'ait proposé ce poste (elle a été nommée directrice du tournoi ce jeudi) et de tous les échanges que l'on a pu avoir. Mais je veux surtout vous dire ce que représente Roland-Garros pour moi et comment il résonne en moi depuis que je suis toute petite. Ce tournoi m'a fait rêver dès mon plus jeune âge. Il a ni plus ni moins créé une vocation chez moi. Et la première réaction que j'ai eue lorsque Gilles m'a appelé a eu un côté émotionnel et émouvant, parce que Roland-Garros a un peu été un fil conducteur sur toute ma vie.

Qu'est-ce qui fait que vous soyez tant attachée à Roland-Garros ?
Bien sûr, il y a eu cette épisode lorsque Yannick (Noah) a gagné en 1983, mais en réalité, au fil du temps, j'ai toujours été d'une façon ou d'une autre autour de ce tournoi. C'est ça qui fait que cet événement me tienne particulièrement à coeur. On a eu une histoire pour le meilleur et pour le pire avec tournoi, et c'est aussi ce qui fait la complexité de la situation (elle sourit), mais d'avoir pu évoluer ici-même au CNE avec tous ces stages, d'avoir habité ici, d'avoir eu le central comme terrain de jeu avec les copains et les copines de l'époque... Nous, on ne jouait pas à chat dans les cours de récré ou dans les parcs, nous, on jouait à chat, là, sur le central, tout simplement. Et les premières conneries, un peu à l'adolescence, on a pu les faire aussi dans l'enceinte du stade.

C'est également un lieu dont vous avez été actrice ensuite, en tant que joueuse tout d'abord...
Oui, et là aussi avec tous les hauts et les bas que ça a pu engendrer, avec toutes les émotions que j'ai pu avoir ici. Et ensuite, dans ma reconversion, d'avoir été entraîneur d'hommes, de femmes, d'avoir pu voir le tournoi d'une autre façon, d'avoir été consultante pour les télés. J'ai vécu aussi le suivi des Françaises en tant que capitaine de Fed Cup tout au long d'un tournoi comme celui-ci. Je ne sais pas s'il y a beaucoup de personnes qui ont vécu toutes ces facettes de Roland-Garros, finalement. Pouvoir revivre chaque année ici d'une façon ou d'une autre et de pouvoir participer à ma manière, ça a toujours été très important pour moi.

Qu'avez-vous en tête plus concrètement ?
Au fil de mes différentes activités, j'ai eu une vision qui s'installait petit à petit. Des choses que j'aurais envie de voir évoluer. Des choses que je trouvais déjà fabuleuses, mais que l'on pourrait pousser un peu plus loin. Et aussi une ambition depuis très peu pour ce tournoi, d'une part d'avoir une forme de continuité du travail fabuleux que Guy (Forget) et toutes les équipes ont effectué depuis tant d'années. Et peut-être pousser encore plus ce tournoi vers l'avant.

Mauresmo : "On ne sera pas toujours d'accord, on le sait"

C'est cette fameuse force de proposition que vous souhaitez incarner ?
Nous n'avons parlé que de ça au cours des premiers échanges intenses et très soutenus que nous avons pu avoir. Au-delà de la partie sportive, qui me tient bien sûr tout particulièrement à coeur, j'ai très envie d'être force de proposition sur quelque chose de beaucoup plus vaste et de beaucoup plus large que cet aspect sportif, avec des joueurs que l'on doit bichonner de plus en plus, au même titre que leur entourage ou que les partenaires. Tout un tas de volets que j'aurai beaucoup de plaisir à découvrir, car j'ai beaucoup de choses à découvrir et à apprendre.

Avec quelle mentalité allez-vous aborder cette nouvelle mission ?
Avec tout ce qui m'a toujours caractérisé dans tout ce que j'ai entrepris, à savoir la recherche de l'excellence, de peut-être sortir de sa zone de confort à certain moment, de faire aussi sortir les autres de leur zone de confort, car je crois que c'est très important pour avancer. Et puis la rigueur, le travail, la communication, le travail en équipe. Tout cela ce sont des choses qui sont très importantes pour moi et que j'ai toujours installées, que ce soit en tant que joueuse et même par la suite dans mes différents rôles.

Comment voyez-vous la suite immédiate en ce qui vous concerne ?
J'ai besoin de prendre les dossiers en main et c'est ce que je vais faire dès cet après-midi (jeudi). J'ai abordé quelques points : un événement responsable, un événement solidaire. Tout ça, ce sont des idées qui sont arrivés sur le tapis très vite, et on est en phase avec Gilles et Amélie (Oudéa-Castera) sur toutes ces évolutions-là. Plein de choses extraordinaires ont été faites, tout le monde le sait et moi la première. On va essayer de pousser encore plus, d'aller encore plus loin. On ne sera pas toujours d'accord, on le sait. En tout cas, il y a une confiance commune. Le spectre est large et la force de proposition, j'ai vraiment envie de l'avoir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.