Les déclarations de Nadal, Monfils, Federer et Djokovic avant le début du tournoi

Les déclarations de Nadal, Monfils, Federer et Djokovic avant le début du tournoi©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le samedi 25 mai 2019 à 08h45

Rafael Nadal, Gaël Monfils, Roger Federer et Novak Djokovic se sont présentés en conférence de presse ce vendredi, à deux jours du coup d'envoi de Roland-Garros. Morceaux choisis.



Rafael Nadal :
« Plusieurs scénarios peuvent se dérouler, non ? Si vous jouez mal, l'objectif principal est de trouver des solutions. Si vous jouez bien, alors il faut simplement répéter les choses qui vous permettent de rester dans une bonne dynamique. C'est ce que nous faisons tous, non ? Il faut juste continuer à s'entraîner de la même façon que lors des deux semaines précédentes. Je sens que je joue un bon tennis pour être honnête. Mon but est de continuer d'évoluer à ce niveau, mais il y a toujours des choses que je peux améliorer, des petits détails sur lesquels je peux travailler. De manière générale, le principal est de rester en bonne santé et d'évoluer à un bon niveau avec de la fraîcheur physique et mentale. »

Gaël Monfils :
« Je n'ai pas annoncé pouvoir gagner Roland-Garros, j'ai annoncé que je voulais gagner un grand titre, dont Roland-Garros. Depuis le début de l'année, comme j'ai dit, j'ai envie de gagner un gros tournoi. Roland-Garros en fait partie, mais comme les autres Grands Chelems aussi à venir en font partie. Et mes ambitions sont les mêmes sur chaque tournoi, comme je l'ai annoncé cette année. J'ai envie d'aller loin dans chaque tournoi, j'ai envie de pouvoir les gagner, gagner des grands titres. Comme je l'ai bien dit, de temps en temps, le jeu va avec. Ça suit, donc c'est cool. Mais, de temps en temps, jouant un petit peu moins bien, on se sent moins bien, mais ce n'est pas pour cela que l'ambition change. Et c'est ce que j'ai envie de faire changer un peu dans la tête des gens, en fait. On a le droit d'avoir de grosses ambitions, mais peut-être pas être au top à ce moment-là. Mais cela n'empêche pas que l'on ait de grosses ambitions.

J'essaye surtout de retrouver de bonnes sensations. Mes sensations sont moins bonnes qu'en début d'année. Je trouve que je me déplace un peu moins bien, je tape un peu moins bien. Donc j'essaye de passer un peu de temps à retrouver ces sensations, qui mettent un peu de temps à revenir. Je pense que je continue à prendre du plaisir, comme je le prends depuis le début d'année. Que je reste avec cette rigueur que j'arrive à avoir depuis le début d'année et que je reste surtout avec cette croyance. C'est vraiment la croyance et comme je dis, j'y crois vraiment. C'est ça, c'est vraiment de vraiment y croire. Le fait de dire qu'on y croit, c'est un fait et je pense que pendant pas mal d'années, on a envie de dire on y croit, mais au fond, est-ce qu'on y croit vraiment ? De simplement ne pas avoir peur. De ne pas avoir peur de dire que j'y crois et ne pas avoir peur du résultat, tout simplement. Parce que je pense que, assez souvent, on a un peu peur du résultat et cette année, je n'ai pas trop peur du résultat. Franchement, honnêtement, je n'ai pas peur du résultat. Parce que je sens que j'avance dans la direction du moins que j'ai choisie avec mon staff et du coup, si je continue à avancer comme ça, il y a pas mal de choses qui vont se mettre en place et pas mal de choses qui se mettent en place font de moi un joueur dangereux, font de moi un joueur potentiellement capable de gagner un Grand Chelem.

Je m'oublie, on va dire. Parce que là, si je vous demande les deux favoris de Roland-Garros, il y a deux noms qui vont ressortir et c'est toujours eux. C'est-à-dire qu'il n'y a personne qui va me sortir quelqu'un d'autre. Je ne sais pas... Si tu dois mettre ta vie sur lui, je pense que tu vas réfléchir, quand même. Même si... (rires) Même si, il a des... Voilà, c'est le 3eme. Même si voilà, c'est le 3eme et il peut gagner. Il a fait finale, demie, il peut... Mais honnêtement, voilà, il faut dire, les deux grands favoris... Faut arrêter un peu de dire, ça reste Rafa(el Nadal) et Novak (Djokovic). Et ça, faut pas le changer. Enfin, on ne peut pas le changer, enfin, pas de tout de suite. Moi, je le vois fort. S'il y a un « outsider »... Parce que finalement, le grand favori, ça reste Rafa. Mais s'il y a quelqu'un, je pense vraiment, et même s'il est favori, je pense que c'est lui. Parce que même sa finale à Rome, que j'ai regardée, où il n'est pas bien physiquement... Il n'est pas bien, il fait trois sets. Il fait trois sets. Il fait trois sets. On voit quand même que Rafa, il a eu un petit moment de flottement. Honnêtement, le premier jeu du troisième, s'il ne se fait pas breaker, j'aimerais bien voir quand même la suite du match. Non, Djoko, il est en forme. Je pense qu'il est en forme et je pense qu'il est même bien, bien dans cette position, un petit peu où l'on ne parle pas de lui. Et je pense qu'il va falloir vraiment se méfier de lui. Et je pense que même Rafa sait qu'il va falloir qu'il se méfie de Djoko.

Roger Federer :
« Déjà, je suis énormément content d'être de retour ici à Paris, en bonne santé. Forcément, le public m'a beaucoup manqué. Roland-Garros, ça fait tellement d'années que je l'ai joué. Ça a commencé l'aventure ici à 20 ans. La victoire ici, il y a dix ans. L'une des plus belles victoires de ma vie. Pour moi, je ne sais pas exactement à quoi m'attendre, honnêtement, au niveau des résultats. Mais c'est sympa aussi. C'était la même chose un peu en Australie en 2017, quand je n'avais pas d'attentes. Je suis juste content d'être de retour en bonne santé. Et c'est un peu la même chose, je sais que mon premier adversaire, il sait jouer sur terre. Il a joué déjà énormément de matchs sur la surface cette année. Et ce n'est pas simple du tout. Alors, c'est vraiment match par match. Je sais, on l'entend souvent, on le connaît. Mais jusqu'à maintenant, la préparation s'est très bien passée, à Rome et à Madrid aussi. Le corps a bien réagi sur la surface où je n'ai plus joué depuis des années. Alors, je suis vraiment satisfait de la situation où je me retrouve. Aujourd'hui, j'ai pris congé parce que l'équipe n'avait pas l'impression que j'avais encore quelque chose à prouver à l'entraînement. Et surtout commencer le tournoi avec plein d'énergie. Je joue 45 minutes demain (samedi) et apparemment, je joue dimanche, alors je suis prêt pour commencer. »

Novak Djokovic :
« Comme je l'ai dit en Italie, Rafa est le favori pour gagner le tournoi. Si on disait autre chose, ça ne serait pas juste envers lui. Il a gagné le tournoi tellement de fois. Il a perdu deux fois ici dans toute sa carrière... Comme toujours, j'ai beaucoup de respect pour lui. Nous avons joué un bon match à Rome. Il a été plus fort. J'ai eu deux belles semaines à Madrid et Rome. Il m'a juste manqué un peu de gaz à la fin à cause de quelques longs matchs terminés tard le soir. C'est positif avant d'aborder Roland. C'est le tournoi pour lequel je me suis préparé. Je voulais être à mon meilleur niveau ici, au pic de ma forme. Je ne suis pas le seul. Mais j'ai une motivation en plus, celle de remporter les quatre Grands Chelems à la suite. Je l'ai fait une fois dans ma carrière, il y a trois ans. C'est une raison qui me fait croire que je peux le refaire. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.