Le dernier Grand Chelem qui manquait à Sharapova

Le dernier Grand Chelem qui manquait à Sharapova©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION : publié le vendredi 18 septembre 2020 à 20h30

Révélée très tôt, après son succès à Wimbledon à l'âge de 17 ans, Maria Sharapova a en revanche mis du temps avant de triompher à Roland-Garros. Cependant, c'est désormais sur la terre battue parisienne que la Russe a remporté deux de ses cinq titres en Grand Chelem.



Entre Roland-Garros et Maria Sharapova, l'histoire d'amour a mis du temps à se concrétiser. Titrée à Wimbledon à 17 ans, numéro une mondiale à 18, la Russe n'a pas traîné pour s'imposer comme l'une des meilleures joueuses de sa génération. Sacrée à l'US Open en 2006 et à l'Open d'Australie en 2008, la native de Niagan a par la suite mis un peu plus de temps à devenir la 10eme joueuse de l'histoire, et la première Russe, à remporter les quatre titres du Grand Chelem. Il faut dire que le jeu de Sharapova n'était au départ pas vraiment adapté à la terre battue parisienne. Pas la meilleure à défendre, ni dans les déplacements, l'intéressée a dû beaucoup travailler pour enfin triompher sur cette surface. Finalement, c'est dans la seconde partie de sa carrière que la Russe est devenue redoutable sur celle-ci avec plusieurs succès, comme à Rome (2011, 2012 et 2015) et à Madrid (2014). Longtemps, Roland-Garros s'est refusé à elle, avant une période faste de 2012 à 2014. Demi-finaliste en 2007 et 2011, la droitière parvient enfin à atteindre la finale en 2012.

La « vache sur une patinoire » a bien changé

Opposée à Sara Errani (6-3, 6-2), Sharapova ne laisse alors pas passer sa chance et fait le travail pour pouvoir enfin exulter Porte d'Auteuil. L'année suivante, elle est à nouveau en finale mais tombe contre Serena Williams (6-4, 6-4), avant d'à nouveau triompher à Paris en 2014 contre Simona Halep (6-4, 5-7, 6-4). « Je suis sûre que beaucoup ne m'en sentaient pas capable, que beaucoup d'entre vous dans la salle pensaient que je ne pourrais jamais atteindre la finale de Roland-Garros. Moi, j'y croyais. Je me suis battue. Être là, à ce niveau, pour la première fois de ma carrière à 25 ans, c'est une vraie réussite personnelle », pouvait alors expliquer Sharapova, lors d'une conférence de presse en 2012. A force de travail avec Yutaka Nakamura, un entraîneur japonais qui l'a fait progresser dans son jeu de jambes et dans ses déplacements, la Russe a donc fini par dompter la terre battue, elle qui se qualifiait à un moment de « vache sur une patinoire » sur cette surface. C'est d'ailleurs à Roland-Garros qu'elle a gagné le plus de titres du Grand Chelem.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.