Gasquet : " La chambre, c'était dur "

Gasquet : " La chambre, c'était dur "©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, publié le mardi 29 septembre 2020 à 23h43

Richard Gasquet a eu deux breaks d'avance dans le premier set face à Roberto Bautista Agut, mais s'est écroulé aussi rapidement pour s'incliner en trois manches mardi soir, au premier tour de Roland-Garros (7-6, 6-2, 6-1).

Richard, c'est déjà le moment de tirer un premier bilan de ce tennis Covid : après New York et désormais Roland-Garros, on imagine que vous n'êtes pas super emballé...
Disons que j'ai eu un enchaînement très difficile, puisque j'ai quand même eu huit jours de chambre à New York, et après je suis rentré à Paris. Je me suis entraîné, je me suis fait une sciatique sur dix jours. La chambre, c'était dur. Je suis arrivé, je n'étais pas très en forme et j'ai repris le tennis mercredi dernier, donc pas en forme et en plus j'ai eu un tirage très difficile. Si j'avais des joueurs entre 80 et 100 ou des wild-cards, ça aurait été différent, mais il était très fort, en trois sets gagnants. De plus, je n'ai pas réussi à faire le premier. C'était compliqué. Je suis à court de tennis. J'ai eu un enchaînement trop difficile pour réussir à être en compétition avec un mec aussi fort que lui. Quand il y a un tournoi, il faut le faire, on ne sait jamais ce qu'il peut arriver. C'est quand même Roland-Garros, je sais qu'il ne m'en reste pas non plus énormément.

Aucun Français de qualifié mardi, est-ce lié à la préparation ? Qu'est-ce qui fait que c'est encore plus compliqué pour les Français ?
Moi, je parle pour moi, j'ai un enchaînement très difficile. Après, Jo-Wilfried Tsonga n'est pas là, Ga Monfils n'a pas fait un énorme match, il est moins haut qu'avant et moi aussi. Tout simplement, on est un peu moins performants. C'est plus compliqué. Il y a une génération qui est en train de descendre un peu, à part "Monf" qui est très haut et qui devait peut-être faire mieux, mais sinon on a un peu plus de difficultés liées à toutes les années sur le circuit. C'est à peu près normal, désormais c'est plus à la nouvelle génération d'arriver.

Roberto Bautista Agut est là depuis assez longtemps, il a d'excellents résultats, il est très coriace mais le grand public ne le connaît pas, il n'a pas beaucoup de charisme. Pourquoi est-il aussi fort ?
Déjà, il a un physique incroyable. Du premier au dernier point, en deux ou quatre heures, il va être au top. Il est extrêmement affûté, il court partout et fait très peu de fautes. Il bat Novak Djokovic à la régulière, il tient le rythme à chaque fois. Il frappe fort, il est très intelligent. Au niveau charisme, ce n'est peut-être pas Nick Kyrgios, mais il a un jeu incroyable. C'est pour ça qu'il est dans les dix premiers depuis assez longtemps.

"Mladenovic, c'est un scandale"

Il y a eu des incidents de jeu et de traces avec Gilles Simon et Kristina Mladenovic, vous en aviez aussi été victime à Rome. Est-ce qu'il faut venir à la vidéo sur la terre battue ?
Oui, largement. C'était monstrueux à Rome, mais pour Kristina Mladenovic, c'est un scandale. Si tu ne vois pas la balle devant, c'est affreux. A 6-1, le match est complètement différent. C'est clair qu'il faut venir à la vidéo parce qu'à chaque fois, j'ai l'impression d'être seul à voir des marques... De temps en temps, c'est la loterie. C'est clair, quand tu as un truc aussi bien que la vidéo, il faut toujours l'utiliser.

Comment imaginez-vous vos prochaines semaines, avez-vous une idée de votre programme jusqu'à la fin de l'année ?
Je suis inscrit à Saint-Pétersbourg : encore un test et 24 heures dans une chambre d'hôtel... Il faut jouer quand même, sinon le rythme je ne l'aurai jamais. Sans public, c'est difficile. Il faut que le sport reprenne, mais ce n'est quand même pas agréable ; pas de public, être dans la chambre d'hôtel... Il y a des métiers beaucoup plus difficiles, mais ce n'est pas agréable. J'espère que ça ne durera pas des mois et des mois comme ça.

Justement, Nicolas Mahut nous disait tout à l'heure qu'il sentait un début d'usure mentale chez certains de devoir rester dans la chambre d'hôtel...
Il est gentil Mahut, mais il n'a pas passé dix jours dans une chambre à New York... Nous, on a quand même eu le clou : huit jours là-bas, c'était très dur. On aura fait des belotes, c'est le seul truc que je peux dire. Ça ne nous a pas empêché de jouer tous les soirs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.