Tennis - Open d'Australie (H) : Stefanos Tsitsipas, et maintenant quoi ?

Tennis - Open d'Australie (H) : Stefanos Tsitsipas, et maintenant quoi ?©Media365

Clément Pédron, publié le vendredi 19 février 2021 à 16h34

Éliminé lourdement par Daniil Medvedev (RUS, n°4) ce vendredi matin (6-4, 6-2, 7-5), Stefanos Tsitsipas (GRE, n°5) a échoué pour la troisième fois de sa carrière aux portes de la finale, face à un membre du Top 5. Si son tournoi reste bon en Australie avec son incroyable victoire contre Rafael Nadal au tour précédent, sa progression pose question dans les ultimes moments en Grand Chelem.

Il y a eu l'Open d'Australie en 2019, Roland-Garros en 2020 et donc de nouveau, l'Open d'Australie en 2021. Trois demi-finales pour Stefanos Tsitsipas (n°6 mondial) face à des membres du Top 5, dans l'ordre d'apparition, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Daniil Medvedev, toutes perdues. Après la gifle à Melbourne il y a deux ans contre l'Espagnol en trois sets (6-2, 6-4, 6-0), le Grec a joué des coudes à Paris contre le Serbe mais s'était liquéfié dans le cinquième set (6-3, 6-2, 5-7, 4-6, 6-1). En 2021, la tête de série n°5 du Grand Chelem australien a donné l'impression d'avoir besoin de deux sets en sa défaveur, pour se mettre totalement dans le match. Contre Rafael Nadal en quart de finale, Stefanos Tsitsipas s'est « énervé » dans la troisième manche pour finalement remporter le tiebreak et les deux sets suivants. Cette mise en route tardive, qui peut être d'origine mentale, lui coûte une débauche d'énergie supplémentaire qu'il paie ensuite.

Deux jours après son marathon de 4h05 contre l'Espagnol, le même scénario s'est produit contre Daniil Medvedev, avec le même résultat. Mais cette fois-ci, Tsitsipas a fait illusion que durant quelques jeux. En conférence de presse après la demi-finale, le Grec ne s'est pas voilé la face : « Je ne sais pas quoi dire. Enfin, vous avez vu ce qu'il s'est passé sur le court... Il coche pratiquement toutes les cases. Il lit le jeu à merveille. Son service est énorme. [...] Il est aussi très fort en fond de court, ce qui rend tout très compliqué. Même si vous retournez son service, cela ne vous garantit absolument pas de gagner le point. Il faut vraiment faire de gros efforts. Il vous rend le jeu difficile. Il vous embrouille. Il joue de façon très intelligente. »

« J'ai prouvé que j'avais le niveau »

Avec sept titres dans sa besace dont le Masters de Londres acquis en 2019, le Grec sait que son heure viendra. Bien entouré, avec l'appui de Patrick Mouratoglou, le n°6 mondial a les armes pour jouer les perturbateurs du circuit à l'image d'un Thiem (vainqueur de l'US Open 2020), d'un Zverev ou d'un Medvedev. Doté d'un très bon service et d'un bon revers à une main, Stefanos Tsitsipas a prouvé qu'il avait les ressources mentales pour renverser un match, reste à savoir s'il les a pour accéder à une finale d'un Majeur. Interrogé ce matin sur l'ingrédient qui lui manquait pour réussir cette performance, voilà sa réponse : « Gagner une demi-finale... Je ne sais pas. C'est terrible, arriver si près du but... Tout le monde rêve de remporter un Grand Chelem. On n'y pense pas forcément au début du tournoi, mais plus on se rapproche de la finale et plus on est submergé par différentes émotions. Nos rêves et aspirations sont si près de devenir réalité. Pour moi, arriver à ce niveau signifie tellement. C'est compliqué de jouer une demi-finale en Grand Chelem. Il faut que je trouve un moyen de garder le même état d'esprit une fois que je suis à ce niveau d'un Majeur. J'ai prouvé que j'avais le niveau pour battre les meilleurs. J'espère que la prochaine fois le résultat sera différent. Je l'espère vraiment. » Réponse dans les mois à venir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.