Open d'Australie (H) / Pouille : " Même avec 100% de premières balles, je ne sais pas si j'aurais pu rivaliser "

Open d'Australie (H) / Pouille : " Même avec 100% de premières balles, je ne sais pas si j'aurais pu rivaliser "©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le vendredi 25 janvier 2019 à 20h00

L'aventure australienne de Lucas Pouille a connu une fin logique contre le n°1 mondial ce vendredi. Novak Djokovic n'a laissé aucune chance, en demi-finale, au Français (6-0, 6-2, 6-2), en 1h23 de jeu. En conférence de presse, un mélange de satisfaction, sur son tournoi, et de déception, quant à l'issue de celui-ci, animait le Nordiste.

Lucas Pouille n'a gagné que quatre jeux ce vendredi, en demi-finale de l'Open d'Australie. Le Nordiste s'est fait balayer (6-0, 6-2, 6-2) par Novak Djokovic, impitoyable. Le Serbe affrontera son dauphin au classement ATP Rafael Nadal, monstrueux durant la quinzaine, pour le gain du tournoi. Côté Pouille, la déception était évidemment présente, en conférence de presse d'après-match : « Ce n'était pas simple. J'ai essayé de trouver des solutions, mais je n'en trouvais pas. Même avec 100% de premières balles, je ne sais pas si j'aurais pu rivaliser. » Et de continuer : « Je n'ai pas eu le temps de mettre en place de stratégie dans ce match. Quand il joue comme cela, je crois qu'il est le meilleur au monde. » Plus généralement, sur l'épreuve, Lucas Pouille affichait plus de satisfaction : « A propos du tournoi, je suis très heureux de mon niveau de jeu, et de la façon dont j'ai abordé ce début d'année. Cela me donne beaucoup de confiance pour la suite de l'année. » Concernant ce qu'il lui faudra pour prendre sa revanche sur le Serbe, le Français a esquissé un sourire : « J'espère déjà qu'il ne jouera pas comme ça à chaque fois. Je pense qu'il faudra que je serve mieux. Mais s'il continue comme ça, je n'ai pas les solutions. » Enfin, à propos des deux finalistes Djokovic et Nadal : « Les battre en deux sets est déjà quasiment impossible, alors en cinq sets... »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.