Open d'Australie : Ce " Not too bad ! " qui fait mourir de rire Djokovic

Open d'Australie : Ce " Not too bad ! " qui fait mourir de rire Djokovic©Media365

Thomas Siniecki : publié le dimanche 02 février 2020 à 18h57

Novak Djokovic, en conférence de presse après son succès final à l'Open d'Australie contre Dominic Thiem (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4), a exigé dimanche qu'un journaliste italien prenne la parole en premier, afin de prononcer ces quelques mots qui lui plaisent tant.



Novak Djokovic, tout à sa joie d'un 17eme trophée du Grand Chelem dimanche, après une finale difficile en cinq sets contre Dominic Thiem (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4) à l'Open d'Australie, a pu décompresser après la rencontre. Notamment quand il a croisé ce journaliste italien, grand animateur des conférences de presse toute l'année sur le circuit ATP. Son « Not too bad ! » est visiblement devenu une tradition, et le Serbe lui a expressément demandé de le prononcer afin d'ouvrir les débats. Ce qui l'a fait rire aux éclats.

« On ne s'est pas insultés »

Un peu de répit pour « Djoko » qui, au-delà de l'évidente et totale satisfaction au niveau purement sportif, a été poussé dans ses retranchements. Beaucoup ont critiqué la prise de son vrai-faux temps mort médical à la fin du troisième set. Il est aussi allé toucher la chaussure de l'arbitre après un deuxième avertissement pour dépassement de temps au service, ce qui est strictement interdit. « Je ne le savais pas, c'était amical, s'est défendu le futur nouveau n°1 mondial (en conférence de presse). Ce n'était pas agressif, ou de la violence physique. Je n'arrivais tout simplement pas à croire à ce deuxième avertissement, ça m'a un peu dérangé. On ne s'est pas insultés, sinon j'aurais encore été averti... Mais je veux donc le remercier de ne pas m'avoir averti lorsque je l'ai touché. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.