Des journalistes australiens insultent Djokovic !

Des journalistes australiens insultent Djokovic !©Media365
A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le mercredi 12 janvier 2022 à 10h02

Hors antenne, deux journalistes australiens ont livré le fond de leur pensée au sujet de Novak Djokovic. Leurs insultes font le tour de la toile ce mercredi.



Lorsqu'on travaille à la télévision ou à la radio, il ne faut jamais prononcer des choses que l'on pourrait par la suite regretter, même hors antenne. Cela fait désormais partie du b.a.-ba de la profession. Néanmoins, certaines personnalités n'ont pas réellement assimilé cette règle d'or. Ce mercredi, Rebecca Maddern et Mike Amor, deux présentateurs de la chaine australienne Canal 7, se sont sentis invulnérables et ont ainsi échangé leurs opinions au sujet de Novak Djokovic, dont le séjour sur l'île-continent s'inscrit en pointillés, toujours sous la menace d'une expulsion et par conséquent dans l'incapacité de défendre son titre à l'Open d'Australie qui débute dans cinq jours.


"Peu importe le point de vue que l'on peut avoir, Novak Djokovic est un menteur, trou du c... sournois" a lâché sans aucune retenue la femme de 44 ans avant de regretter que le numéro un mondial dispose de tant de soutien dans sa situation. Plutôt que d'instaurer un bémol et tempérer sa collègue, Mike Amor a corroboré les propos de Rebecca Maddern dans un langage tout aussi fleuri. "Il avait une putain d'excuse et par la suite il s'est empêtré dans ses putains de mensonges" a pour sa part rétorqué le présentateur. La fin de l'extrait vidéo à charge contre les deux vedettes voit notamment Mike Amor qualifier à son tour le tennisman serbe du même nom d'orifice peu glorieux employé par Rebecca Maddern.

Les réseaux en ébullition !

Un lynchage en bonne et due forme s'en est suivi sur les réseaux sociaux. Un tourbillon médiatique qui pourrait avoir raison de la carrière des deux présentateurs en dépit d'excuses formulées. Trop tard, le mal est fait. Un dirigeant de Channel 7, Craig McPherson, s'est davantage montré furieux ce mercredi contre la personne à l'origine de cet enregistrement considéré selon lui tel un "acte lâche" et "illégal". Une enquête a été diligentée à cet effet afin que toute la lumière soit faite. En attendant, le coupable court toujours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.