Coupe Davis - Simon : " Je joue avant tout pour moi "

Coupe Davis - Simon : " Je joue avant tout pour moi "©Media365

Marouane Sair, publié le lundi 24 septembre 2018 à 13h22

A l'issue de sa victoire de dimanche à Metz, Gilles Simon a évoquéune fois de plus l'épineux sujet de la Coupe Davis, lui qui n'avait pas été retenu par Yannick Noah pour la demi-finale contre l'Espagne. Le Niçois, agacé de devoir se répéter, a laissé entendre que la finale contre la Croatie était loin de lui hanter l'esprit.

« J'ai déjà répondu à cette question deux fois cette semaine. Je joue avant tout pour moi. J'essaye de devenir un meilleur joueur de tennis tous les jours et d'être performant sur le court. » Invité en conférence de presse à répondre à une énième question sur la Coupe Davis, dimanche après sa victoire à Metz, Gilles Simon s'est une fois de plus montré très clair sur le sujet, faisant clairement comprendre que le sort des Bleus dans cette compétition en bout de course ne hantait pas son esprit, pas plus que l'éventualité de faire de nouveau partie de l'équipe de France pour la finale de fin novembre à Lille contre la Croatie, lui qui avait remporté l'épreuve au sein de la bande à Yannick Noah l'année dernière. « Jouer la finale face à la Croatie ne dépend pas de moi, donc je ne vois pas au final pourquoi je me focaliserai là-dessus », a répondu un Simon pas convié par le capitaine des Bleus pour la demi-finale contre l'Espagne.

Simon : "Avoir mes enfants et ma femme à mes côtés, c'est émouvant"


Ce même Simon qui avait regretté récemment dans L'Equipe, non sans une profonde amertume, le manque de reconnaissance dont il fait l'objet de la part du staff, le Niçois évoquant notamment ce 16eme de finale contre Del Potro disputé sans l'ombre d'un survêtement frappé du coq dans les tribunes lors du dernier Wimbledon. Le dossier Coupe Davis expédié, le héros du jour a pu revenir sur la joie à part que lui a encore procurée dimanche sa troisième victoire sur l'Open de Moselle, surtout que sa famille avait fait le déplacement cette fois. « Gagner ici, ça a une saveur particulière. J'aime ce tournoi. J'ai pu soulever le trophée devant mes enfants et ma femme qui sont venus de Paris et ça aussi, c'est une première. Je ne les vois pas beaucoup, et les avoir à mes côtés c'était émouvant. » Peut-être  que dans ses rêves les plus fous, « Gilou » a rêvé de soulever de nouveau la Coupe Davis sous les yeux de ses proches, le 25 novembre à Lille. Toutefois, si c'est le cas, il préfère le garder pour lui, probablement toujours vexé de ne pas avoir été convoqué face aux Espagnols.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.