Coupe Davis : Le projet Piqué finalement amendé ?

Coupe Davis : Le projet Piqué finalement amendé ?©Media365

Mathieu WARNIER, publié le samedi 28 avril 2018 à 15h29

Face à une hostilité grandissante contre son projet, Gerard Piqué aurait suggéré des évolutions majeures de sa réforme de la Coupe Davis.

De plus en plus boudée par les meilleurs joueurs, la Coupe Davis est à un tournant de son histoire. Suite à un accord avec le groupe d’investissements Kosmos mené par Gerard Piqué, la Fédération Internationale est prête à modifier drastiquement le format de la compétition avec une phase finale à dix-huit pays en Asie. Mais, face à une très large opposition parmi les joueurs, le joueur du FC Barcelone serait prêt à des concessions et même à revoir en profondeur sa copie dans le but d’obtenir l’aval de toutes les parties en vue de la saison 2019. Alors que le format proposé actuellement met un terme aux rencontres telles qu’on les connaît actuellement, avec les ambiances qui vont avec, l’idée proposée en marge du tournoi ATP de Barcelone serait de conserver un tour à élimination directe avant une phase finale, selon le quotidien espagnol As.

Au revoir l’Asie, bonjour Paris et Madrid ?

De ce premier tour, huit équipes se qualifieraient pour une phase finale avec deux poules de quatre nations. Mais, contrairement au plan initial, un déplacement en Asie ne serait plus de la partie. Pour s’assurer la présence des meilleurs joueurs mondiaux, en plus d’une dotation financière aux alentours des 20 millions d’euros, cette phase finale aurait lieu en Europe la semaine suivant le Masters organisé à Londres. Si David Haggerty, président de la Fédération Internationale de tennis, a avancé l’idée de choisir une grande ville avec plusieurs courts couverts, deux villes se détachent : Madrid et Paris. Cette nouvelle mouture proposerait donc d’installer une poule dans la capitale espagnole et une autre dans la capitale française avant la finale dans une des deux villes. Reste à voir si, s’il est finalisé, ce plan alternatif sera plus apte à accueillir l’adhésion la plus large lors de l’Assemblée Générale de l’ITF en août à Orlando, durant laquelle il faudra que les deux-tiers des votants s’expriment en faveur de ce projet pour qu’il soit définitivement adopté.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU