Coupe Davis : La candidature française retirée par la FFT

Coupe Davis : La candidature française retirée par la FFT©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le lundi 18 avril 2022 à 20h15

Alors qu'elle ambitionnait de remplacer Malaga comme hôte d'un groupe de la Coupe Davis, la FFT a finalement renoncé à ce projet face au manque de villes ayant fait acte de candidature.



Après le succès face à l'Equateur à Pau, les Bleus devront attendre pour évoluer à nouveau devant leur public. Après avoir subi le retrait d'Abu Dhabi, pressentie pour accueillir en novembre prochain les quarts de finale, les demi-finales et la finale de la Coupe Davis, la Fédération Internationale de tennis (ITF) et Kosmos ont changé leurs plans. Alors qu'elle devait initialement accueillir le groupe de l'Espagne en septembre prochain, la ville de Malaga a été désignée pour être la scène de l'explication finale à l'occasion des éditions 2022 et 2023 de la « Coupe du Monde de tennis ». En conséquence, les organisateurs de la compétition ont lancé un nouvel appel à candidatures pour compléter le dispositif aux côtés de Glasgow, Bologne et Hambourg. Initialement recalée et voulant contester cette décision devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), la Fédération Française de tennis (FFT) avait ouvert la porte à une nouvelle candidature. Or, ce ne sera finalement pas le cas malgré les avancées concernant le mode de désignation des villes-hôtes et le retrait du recours devant le TAS.

La FFT contrainte de jeter l'éponge

Par l'intermédiaire d'un communiqué, la FFT a confirmé que son projet d'accueillir une partie de la Coupe Davis cette année était abandonné. « Après avoir enfin pu prendre connaissance du cahier des charges complet s'agissant des conditions de participation à la désignation des villes hôtes des groupes de la Coupe Davis, la FFT a finalement décidé de ne pas déposer de candidature compte tenu des exigences imposées, notamment sur le plan opérationnel et financier, qu'aucun organisateur n'était prêt à accepter », précise la fédération, qui confirme par la même occasion qu'aucune ville n'était prête à accueillir la compétition. Dans ce même communiqué, alors que son ancien président Bernard Giudicelli était un des fers de lance de la réforme de la Coupe Davis en 2019, la FFT a lancé l'idée d'une « réflexion sur le format sportif de la compétition et l'évolution de son modèle économique pour plus d'attractivité, dans le cadre d'une gouvernance respectueuse des valeurs et de l'esprit de la Coupe Davis ». Autrement dit, la FFT compte bien relancer le débat sur le format de la compétition, qui n'a pas connu un grand succès depuis 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.