Coupe Davis (finale) / Richard Gasquet : " Il fallait être solide dans la tête "

Coupe Davis (finale) / Richard Gasquet : " Il fallait être solide dans la tête "©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le samedi 25 novembre 2017 à 19h48

Vainqueurs de la paire belge lors du double décisif de la finale de Coupe Davis, Richard Gasquet et Pierre-Hugues Herbert garderont un excellent souvenir de ce premier match ensemble, même s'ils ont tous les deux connu des hauts et des bas pendant ce match.

Richard Gasquet et Pierre-Hugues Herbert, avez-vous été surpris de la qualité de votre premier set alors que vous n'aviez jamais joué ensemble en compétition ?
Richard Gasquet : Ce qu'on savait, c'est qu'on avait le niveau tennistique, mais qu'il fallait surtout être solide dans la tête et tenir, être stable. Ça s'est joué au troisième. On fait quelques erreurs, on se retrouve menés 5-3. Mais on les fait jouer, et on fait un très grand tie-break, et un super quatrième set.

Comment avez-vous géré ce manque d'expérience ?
Pierre-Hugues Herbert : On a fait des entraînements pendant trois jours. Ça faisait trois ans que je jouais avec Nicolas (Mahut), j'avais mes automatismes avec lui, mais je sais que je suis adaptatif (sic), Richard l'a été aussi. Comme l'a dit le capitaine, on a un jeu qui va plutôt bien ensemble, avec Richard qui est hyper constant, qui ne rate quasiment pas de retours, et moi qui suis un peu les montagnes russes. Je suis très heureux qu'on ne se soit pas lâchés et qu'on ait gagné ce premier match ensemble.

Qu'entendez-vous par « montagnes russes » ?
PHH :
 Je ne suis pas le joueur le plus constant au monde, je le sais. Ce premier set où je n'ai quasiment pas raté une balle, ça m'a fait réfléchir. A un moment, je suis sorti. Et dans ce genre de match, même si on sort trois secondes... En face ils ont commencé à élever leur niveau de jeu, j'ai fait un mauvais jeu de service à 2-1. Le début de second set n'a pas été mirobolant de ma part, mais c'est moi. De la même manière, je sais que je vais avoir du mal à terminer un match. Mais à 5-4 j'ai fait un jeu quasiment parfait.

Gasquet : « Bien sûr que je pense à disputer le cinquième match »
Que s'est-il passé entre ce premier set parfait et les deux suivants plus difficiles ?
RG :
 On a très bien commencé. Les breaker d'entrée, ça leur a fait très mal. Ils étaient un peu crispés. Mais on savait qu'au début du deuxième, ça allait être différent et on n'a pas réussi à garder la même constance et les laisser dans leur état. On les a remis en confiance et ils ont commencé à bien jouer. Au début du troisième, on a sauvé beaucoup de balles de break, j'ai fait un mauvais jeu de service. Et c'était important de gagner le tie-break et passer à deux sets à un.

Le capitaine et le banc étaient plus que jamais à fond derrière vous ce samedi...
PHH :
 Dans quel match de Coupe Davis on n'a pas besoin de son banc ou du public ? C'est la base. Le fait de les avoir avec nous même pendant les moments difficiles, c'est sûr que ça donne de l'énergie et de la motivation. Mais c'est long un match de Coupe Davis et il faut puiser de l'énergie dans tout ce qu'on peut, dans le staff, dans l'équipe, dans les proches, dans le public, dans son partenaire.

Pourquoi avez-vous joué en blanc ?
RG :
 On avait deux maillots bleus un peu différents. C'est l'ITF (Fédération internationale de tennis)... C'est tellement con. S'ils n'ont que ça... Enfin, plus rien ne me surprend venant d'eux.

Richard, pensez-vous à l'éventualité de disputer le cinquième match dimanche ?
RG :
 Bien sûr, j'y pense. Peut-être que le capitaine m'a fait jouer le double dans l'optique de me faire jouer le simple. Lucas est un très grand joueur, on peut gagner tous les deux. Il n'y a que 2-1, demain il faudra repartir au combat.

Propos recueillis par A.S. à Villeneuve d'Ascq

 
1 commentaire - Coupe Davis (finale) / Richard Gasquet : " Il fallait être solide dans la tête "
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]