Coupe Davis (finale) : Les larmes de Benneteau vues par Noah

Coupe Davis (finale) : Les larmes de Benneteau vues par Noah©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le vendredi 24 novembre 2017 à 21h04

Après que Tsonga a ramené les Bleus à hauteur des Belges à l'issue des deux premiers simples, Yannick Noah a évoqué cette première journée et s'est projeté sur la suite de cette finale de Coupe Davis.

Qu'avez-vous pensé du match de Jo-Wilfried Tsonga ?
Jo a été au-dessus, il a fait un match très solide. 1-1, c'est logique, même si on se prépare à tous genres de scénarios.

David Goffin a annoncé qu'il allait peut-être jouer en double, est-ce que cela change quelque chose dans la préparation du match ?
Pas vraiment, car de notre côté, on s'attend à ce qu'il joue depuis un moment. C'est le n°1 de l'équipe belge, c'est une finale. On s'est toujours préparé à jouer contre lui en double.

Envisagez-vous des changements de votre côté ?
Je n'ai pas encore décidé. En général, je parle avec Cédric (Pioline) et Lolo (Loïc Courteau). J'aurai aussi la possibilité de parler avec certains joueurs qui sont venus et qui ont assez d'expérience. On va en discuter. J'ai une idée, forcément.

Qu'avez-vous pensé de l'ambiance dans le stade ?
On a l'ambiance que l'on attendait, à savoir 3-4000 supporters belges organisés et à fond, 3-4000 supporters français et 20 000 spectateurs.

Vous êtes déçu ?
Non, on s'y attendait. Pour être déçu, il faut espérer quelque chose, et on n'espère rien. Ça s'est très bien passé. Je pense que tous ceux qui sont là ont passé un excellent moment. Et il y aura un match à enjeu dimanche, c'est bien pour ceux qui ont acheté leur ticket il y a longtemps (sourire).

Entre David Goffin et Jo-Wilfried Tsonga, qui vous a laissé la plus forte impression ?
D'un match à l'autre, tellement de choses peuvent évoluer. Certains jeux se marient à des joueurs, des jeux qui correspondent à la tactique ou la technique des uns et des autres. Lucas et David ont des jeux assez similaires, et aujourd'hui David était au-dessus, il a joué plus juste, plus long, plus précis. Jo a un jeu complètement différent. Dans un premier temps, on sait qu'il va pouvoir imposer sa tactique, et ensuite, il faudra s'adapter selon l'évolution du score, mais je ne me projette pas encore sur ce match.

La présence de Gilles Simon et Jérémy Chardy aux côtés de l'équipe est-elle importante pour vous ?
Ils ne peuvent pas jouer en double, c'est sûr, même si j'aimerais bien créer la deuxième surprise (sourires). C'était prévu qu'ils soient là. Ils font partie de la famille. Ils ont apporté des points durant cette campagne. Si on est là aujourd'hui, c'est un petit peu grâce à Gilles et Jérémy. Leur présence est la bienvenue et ils amènent beaucoup de choses.

Avez-vous vu les larmes de Julien Benneteau et qu'en avez-vous pensé ?
Je les ai vues et j'ai essayé de les oublier très rapidement.

De façon générale, comment avez-vous vécu cette première journée de finale ?
Je me sens bien, assez étonnement. J'ai fait une bonne préparation (sourires). Disons que pour nous, capitaines, ce sont des matchs qui ne sont pas tellement stressants : trois sets à zéro, deux heures de match, ce n'est pas beaucoup. Mon record, c'est une dizaine d'heures, il y a quelques années en finale. J'étais un peu déglingué quand je suis arrivé à la conférence de presse...

Contrairement à la demi-finale, vous avez beaucoup parlé avec Jo-Wilfried Tsonga...
Ça a été différent. On a parlé, c'est bien. Durant une aventure comme celle-là, il y a forcément des moments où on est moins bien. Ce qui compte, c'est d'apprendre de nos faiblesses et de s'adapter au mieux. Jo a fait un très bon match. Il était bien.

Que pensez-vous du potentiel de Richard Gasquet et Pierre-Hugues Herbert, qui n'ont encore jamais joué ensemble en double ?
Et David (Goffin), il joue beaucoup en double ? Le problème se pose pour les deux équipes. Mais je suis moins que vous le circuit et les statistiques. On a des options. Certains qui ont joué ensemble, d'autres qui n'ont jamais joué ensemble... On va décider ce soir.

Propos recueillis par A.S. à Villeneuve d'Ascq

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Coupe Davis (finale) : Les larmes de Benneteau vues par Noah
  • Même si il a fait des belles choses pour le tennis Français,il est temps qu'il laisse sa place.

  • no comment....Là,faut qu'il arrete le chichon....pas compatible avk la haute competition nationale!

  • les larmes de Benneteau.!!! laisse impassible ce goujat que représente se sire prénommé Noah.. scotcher à son siège lors du premier match opposant Goffin avec Pouille.. sa décision me parait injuste et irrésponsable...

  • les larmes de Benneteau.!!! laisse impassible ce goujat que représente se sire prénommé Noah.. scotcher à son siège lors du premier match opposant Goffin avec Pouille.. sa décision me parait injuste et irrésponsable...

    Je pensais que son prénom était Yannick, moi...

  • je ne reviendrai pas sur K BENZEMA? mais que pensez-vous de NOAH qui a mis près de 20 ans pour régler ses impots à peu près 6.5 millions d'euros après un pourvoi en cassation
    ET CE GARS LA IL EST A LA TETE DE L EQUIPE DE FRANCE DE TENNIS ,,,,,?????????
    K B N A PAS LE DROIT D ETRE EN EQUIPE DE FRANCE DE FOOT
    J AI HONTE ............ C EST CA LA FRANCE

    aucun rapport,pour les impôts il est pas le seul,tous les riches le font,lui est maintenant à jour.